Les Kurdes lancent une offensive pour reprendre la région de Sinjar

Les forces kurdes ont lancé mercredi une offensive d’envergure destinée à reprendre aux djihadistes du groupe État islamique (EI) des zones du nord du pays proches de la frontière syrienne, comme la région de Sinjar.

Au même moment, la coalition internationale faisait savoir que les États-Unis et leurs alliés ont mené 61 raids aériens contre l’EI en Irak depuis lundi, dont des dizaines étaient destinés à soutenir les forces kurdes. Ces bombardements aériens, beaucoup plus nombreux que ces dernières semaines, étaient destinés à soutenir les peshmergas. Ils « ont détruit environ 50 cibles », a précisé le commandement militaire américain.

L’offensive kurde a été lancée sur deux fronts : depuis Rabia, à la frontière syrienne, et Zoumar sur les rives du lac de Mossoul, précisent des officiers des forces kurdes ou peshmergas. Sinjar est une grande localité proche du Kurdistan autonome qui compte une importante population yazidie, une minorité que l’EI avait attaquée en août, tuant ou enlevant plusieurs centaines de ses membres. Des dizaines de milliers de personnes avaient pris la fuite, se réfugiant dans la montagne proche.

Le chef de cabinet de Massoud Barzani, le président de la région autonome du Kurdistan irakien, a pour sa part expliqué que l’objectif de l’offensive était de libérer la totalité de la région de Sinjar.

Un charnier

Les djihadistes poursuivent par ailleurs leurs exactions. Mercredi, les corps de 230 personnes exécutées par l’EI ont été découverts par leurs proches dans une fosse commune dans la province de Deir Ezzor, dans l’est de la Syrie, a indiqué mercredi une ONG.

Les victimes sont des membres de la tribu sunnite des Chaïtat, originaire de cette province, qui s’était soulevée contre l’EI. Au total 900 membres de cette tribu ont péri, a précisé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui s’appuie sur un large réseau de militants et d’informateurs à travers le pays en guerre.