La Turquie propose une aide militaire à l’Irak contre l’EI

Le premier ministre turc Ahmet Davutoglu (gauche) et le chef du gouvernement irakien Haïdar al-Abadi, jeudi à Bagdad.
Photo: Agence France-Presse / HO Le premier ministre turc Ahmet Davutoglu (gauche) et le chef du gouvernement irakien Haïdar al-Abadi, jeudi à Bagdad.

Bagdad — Le premier ministre turc Ahmet Davutoglu a offert jeudi l’aide militaire de son pays à l’Irak pour lutter contre les djihadistes du groupe État islamique (EI), témoignant d’un certain rapprochement entre Ankara et Bagdad.

M. Davutoglu « a offert l’aide militaire de la Turquie à l’Irak », a déclaré le chef du gouvernement irakien Haïdar al-Abadi lors d’une conférence de presse conjointe à Bagdad.

Il a précisé que cette assistance pourrait porter sur la fourniture d’armement et l’entraînement des membres de la Garde nationale irakienne, qui doit voir le jour.

Les forces volontaires irakiennes « ont besoin d’entraînement […] et nous pourrions discuter de l’entraînement de ces forces dans la Turquie voisine », a ajouté le premier ministre irakien.

Il a également affirmé qu’il avait convenu avec M. Davutoglu de se rendre le mois prochain en Turquie, dont certaines régions sont frontalières de secteurs contrôlés par les djihadistes en Syrie.

Le déplacement en Irak du premier ministre turc survient après une visite en Turquie du ministre irakien des Affaires étrangères, Ibrahim al-Jaafari, début novembre, destinée à améliorer les relations entre Bagdad et Ankara.

La décision de la Turquie d’acheter du pétrole à la région autonome du Kurdistan irakien indépendamment de Bagdad avait fâché les autorités fédérales irakiennes, qui jugent ces ventes illégales.

Et les relations de Recep Tayyip Erdogan, aujourd’hui président de la Turquie, avec le prédécesseur de M. Abadi, Nouri al-Maliki, ont connu des tensions répétées.

Les deux pays ont également eu des divergences à propos de la guerre en Syrie. L’Irak, pays à majorité chiite, est perçu comme un allié du président syrien Bachar al-Assad, face à des groupes rebelles essentiellement sunnites. La Turquie, sunnite, soutient les rebelles syriens qui cherchent à renverser le président Assad.