Tolérance zéro à Jérusalem

La police applique depuis jeudi la tolérance zéro à Jérusalem après l’attentat qui a tué un bébé de trois mois et qui fait craindre que les tensions grandissantes ne dégénèrent en embrasement général dans la partie palestinienne occupée et annexée de la ville.

La mort de Haya-Zissel Braun mercredi soir quand un jeune Palestinien a lancé sa voiture sur un groupe à un arrêt de tramway semble avoir encore échauffé les esprits et provoqué les appels punitifs de la droite israélienne. L’auteur des faits, Abdelrahman Shalodi, Palestinien de 21 ans, n’aura pas à rendre de comptes. Stoppé par un policier qui a ouvert le feu sur lui alors qu’il tentait de prendre la fuite à pied, selon la police, il a succombé jeudi matin à ses blessures, a indiqué une porte-parole de l’hôpital Shaarei Tsedek. Six autres personnes ont été blessées.

Heurts quotidiens

Le geste du jeune Palestinien est un nouveau point d’orgue dans les troubles qui agitent depuis des mois Jérusalem-Est, annexée et occupée par Israël. Des heurts opposent quasiment tous les soirs des Palestiniens et despoliciers israéliens, dans différents quartiersde la ville.

Certains parlent d’«intifada silencieuse» ou d’«intifada municipale», en référence aux deux soulèvements de 1987-1993 et de 2000-2005, certes beaucoup plus longs, beaucoup plus étendus et beaucoup plus meurtriers.

L’attaque de mercredi a poussé le premier ministre, Benjamin Nétanyahou, à appliquer sans plus attendre un plan de sécurité renforcé déjà annoncé antérieurement devant la multiplication des incidents. La police de Jérusalem a prévenu qu’elle mènerait une politique de «tolérance zéro face à toute violence et [arrêterait] toute personne impliquée dans des troubles à l’ordre public».

Des renforts de gardes-frontières, d’unités anti-émeutes et de patrouilles mobiles ont été déployés, a dit un porte-parole de la police, Micky Rosenfeld. Des moyens technologiques supplémentaires, pour la collecte du renseignement par exemple, sont mobilisés, a-t-il dit.

Encore Silwan

Des heurts se sont produits jusque tard dans la soirée dans plusieurs secteurs de Jérusalem, avec pour épicentre Silwan, le quartier populaire et agité d’où venait Abdelrahman Shalodi. L’intervention des policiers venus arrêter un jeune frère d’Abdelrahman Shalodi a provoqué un accès de fièvre, a indiqué la famille. Dans la matinée, des individus ont lancé des pierres contre un jardin d’enfants de colons israéliens dans le quartier palestinien de Ras al-Amoud, a rapporté la police. Cette dernière a fait état de quelques arrestations dans la nuit, sans plus de précision.

Au même moment, des centaines de juifs se sont rassemblés dans la douleur pour les funérailles de la fillette de trois mois, projetée de sa poussette à plusieurs mètres quand elle a été percutée par la voiture bélier d’Abdelrahman Shalodi. Ses parents venaient de la photographier pour la première fois devant le mur des Lamentations, a raconté son grand-père.

Le président Reuven Rivlin, qui a assisté à la cérémonie, a peu auparavant exprimé la crainte d’une flambée de violence, dont les dirigeants arabes devraient supporter leur part de responsabilité selon lui. «Les incitations croissantes à la haine dans les rues du monde arabe et les rues de Jérusalem, que des dirigeants du monde arabe soutiennent malheureusement, sont susceptibles de détruire l’équilibre fragile en place à Jérusalem et de nous emporter tous dans un maelström de destruction et de douleur», a-t-il dit.

Le premier ministre a quant à lui accusé le président palestinien, Mahmoud Abbas, d’avoir participé à échauffer les esprits par de récentes déclarations à propos de l’esplanade des Mosquées. L’ultra-sensible site vénéré à la fois par les juifs et les musulmans n’a pas échappé à l’agitation des derniers mois.

Le corps d’Abdelrahman Shalodi, quant à lui, était toujours jeudi matin entre les mains israéliennes, a indiqué le centre d’information de Wadi Haloueh, une association palestinienne locale. On ignore quand il sera enterré.

4 commentaires
  • André Michaud - Inscrit 24 octobre 2014 09 h 41

    Tolérance ?

    Il faut toujours avoir une tolérance zéro vis-à-vis de telles violence, peu importe le pays...

  • Raymond Labelle - Abonné 24 octobre 2014 10 h 24

    Inacceptable, mais...

    Aucune excuse pour foncer sur des innocents qui attendent le tramway.

    Rappelons quand même que des palestiniens de Jérusalem-Est se font expulser de leurs logis, sans compensation, et que leurs logements sont ensuite occupés par des colons. Cette politique outrageuse y est sans doute pour beaucoup quant aux troubles que l'on connaît dans cette partie de la ville. Considérant que cette politique est inique, la cesser n'est pas céder au terrorisme, c'est simplement ne plus appliquer une politique inique.

    Ça pourrait aider à calmer les esprits.

  • abderrahmane oucible - Inscrit 26 octobre 2014 18 h 26

    Le dernier quota de la guerre de gaza semble insuffisant

    On cherche à rallumer la guerre avant l'heure.
    Le prétendu enlèvement et assassinat de 2 ou 3 personnes ont eu comme conséquence la mort de plus de 2000 et des milliers de blessés et maintenant la mort du bébé va déclencher une autre pour en faire autant.
    Le gouvernement Natanyahu est bon pour céder la place à la gauche.

  • abderrahmane oucible - Inscrit 26 octobre 2014 18 h 26

    Le dernier quota de la guerre de gaza semble insuffisant

    On cherche à rallumer la guerre avant l'heure.
    Le prétendu enlèvement et assassinat de 2 ou 3 personnes ont eu comme conséquence la mort de plus de 2000 et des milliers de blessés et maintenant la mort du bébé va déclencher une autre pour en faire autant.
    Le gouvernement Natanyahu est bon pour céder la place à la gauche.