La guerre à Gaza pourrait «prendre du temps», selon Israël

Des Palestiniens constatent l'ampleur des dégâts des bombardements.
Photo: Eyad Baba Associated Press Des Palestiniens constatent l'ampleur des dégâts des bombardements.

Gaza — Israël a maintenu la bande de Gaza sous un pilonnage intensif dimanche et poursuivi les éliminations ciblées de membres du Hamas sans qu’aucun des deux belligérants ne donne le moindre signe d’être prêt à transiger.

 

L’opération lancée le 8 juillet par Israël contre le Hamas, « se poursuivra jusqu’à ce qu’elle ait atteint son objectif […] cela peut prendre du temps », a dit le premier ministre Benjamin Nétanyahou à Tel-Aviv.

 

Le jour où une grande part de l’attention publique était accaparée par l’enterrement du premier enfant israélien tué par la guerre, M. Nétanyahou n’a même pas évoqué l’appel au cessez-le-feu et à la reprise des négociations lancé la veille par l’Égypte.

 

Au moins seize personnes ont été tuées dimanche sous les bombes israéliennes, selon les secours palestiniens. Parmi elles figurent six enfants, dont quatre d’une même famille, et un homme présenté par l’armée israélienne comme l’un des argentiers du Hamas.

 

De leur côté, les combattants palestiniens ont tiré plus de 120 roquettes sur Israël, dont une interceptée dans la soirée au-dessus de la région de Jérusalem, selon l’armée. Plusieurs obus de mortiers sont tombés dimanche après-midi sur le point de passage d’Erez entre Israël et la bande de Gaza.

 

Trois blessés sérieux ont été hospitalisés en Israël à Ashkelon, a-t-on appris de sources hospitalières. Israël a décidé de fermer le point de passage d’Erez, par lequel passent des blessés palestiniens pour être soignés en Israël ou encore les journalistes, sauf pour les cas médicaux les plus critiques.

 

Une mère palestinienne et ses quatre enfants ont été tués par une frappe israélienne sur leur maison dans la banlieue est de Jabaliya, a indiqué Achraf al-Qodra, porte-parole des secours à Gaza. A Sheikh Ridwan, dans le nord de la ville de Gaza, c’est Zeyna Abou Taqia, un an et demi, et Mohammed al-Khadari, 17 ans, qui ont trouvé la mort.

 

Appel

 

« J’appelle tous les habitants de Gaza à quitter immédiatement les lieux d’où le Hamas mène ses activités terroristes contre nous, tous ces endroits sont des cibles pour nous », a prévenu le premier ministre israélien.

 

Mohammed al-Ghoul, lui, a péri sous un projectile alors qu’il se trouvait dans une voiture qui, selon des témoins, transportait d’importantes sommes d’argent en billets.

 

Il était l’un des membres du Hamas chargés des transferts de fonds servant aux activités « terroristes » et, « à ce titre, il était une cible importante », a dit à l’AFP un porte-parole de l’armée Arye Shalicar.

 

Israël n’a pas réussi à venir à bout du Hamas lors des combats de juillet, alors « il recourt aux assassinats et autres menaces pour nous faire peur. Mais il ne brisera pas la volonté de notre peuple », a assuré un porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri.

 

« Le Hamas est en train de payer, et continuera à payer cher ses crimes », a dit M. Nétanyahou en faisant référence à Daniel Tregerman.

 

Ce garçon de quatre ans dont la photo dans le maillot de l’équipe d’Argentine de football a fait la une des journaux israéliens a été tué vendredi par un obus tiré sur un kibboutz israélien proche du territoire.

 

Toujours pas de cessez-le-feu dans cette guerre qui a fait plus de 2000 morts

8 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 25 août 2014 06 h 01

    Bravo !

    « J’appelle tous les habitants de Gaza à quitter immédiatement » (Benjamin Nétanyahou, premier ministre, Israël)

    Bien que la Bande de Gaza soit un terrain-de-guerre « fertile » et sous contrôle du Hamas, Israël a raison, ou n’a pas le choix ?, d’aviser toutes ces personnes qui, y vivant, pourraient ne pas échapper à ses frappes ni à la mort.

    De cet appel, Israël fait preuve … de prudence humanitaire !

    Bravo ! - 25 août 2014 -

    • Richard Bérubé - Inscrit 25 août 2014 09 h 48

      je ne sais as si vous êtes sarcastique dans vos propos, mais c'est Israel qui est l'agresseur dans l'histoire de Gaza. Le blocus de Gaza dure depuis 2007, et le refus des Palestiniens d'accepter la décision illégale des Nations-Unies en 1948 est tout à fait dans leurs droits...Monsieur Fafoin allez donc lire sur le site avaaz.org la lettre d'intentions du député Moshes Feighlin du Knesset, cela vous ouvrira peut-être les yeux sur les véritable intentions des sioistes israéliens....

  • Richard Bérubé - Inscrit 25 août 2014 07 h 21

    Et que font les puissances internationales!

    Alors que les puissances internationales se contorsionnent pour règler les problèmes en Ukraine, à cause des besoins énergétiques européens, Israel est en train d'éliminer un peuple dans la Bande de Gaza à coups de dizaine de civils à la fois, et l'opposition se fait de plus en plus silencieuse. Ces nouvelles devraient se retrouver en première page tous les jours, en gros titres avec un compteur journalier de victimes. La majorité en est rendu à accepter comme correcte l'occupation et le vol des terres palestinienne prétextant le droit d'Israel à se défendre. Non seulement les membres de l'ONU sont impassibles devant le non-respect de la résolution 181 de 1947-48, mais n'a aucune intention de la faire respecter. On est tous là à assister à un génocide, mais par l'inaction d'une partie majoritaire de la population on en est rendu complice. Dans plusieurs années en rétrospective de ce qui se passe en Palestine, les regrets d'hypocrites seront étalés sur la place publique, et de quelconques comités seront lancés pour éviter que de telles tragédies se reproduisent. À mon humble avis, l'ONU est devenue totalement inutile, une dépense astronomique pour des scéances de complaisances. S'il y a vraiement de sérieuses intentions de règler le problème palestiniens, alors que des mesures drastiques soient prises contre Israel. Qu'on la foute tout simplement hors de l'ONU, et qu'on lui impose le titre peut flatteur d'Apartheid, avec les mesures punitives qui s'y rattachent. Ce n'est plus le droit de se défendre, c'est devenu une partie de tirs aux pigeons d'argile. Sauf que les cibles sont pour la majorité des civils et contre le courage d'un peuple qui se tient debout (comme il peut) devant une machine bien rodée et coupables d'innombrables crimes de guerre. Quand un étranger se fait assassiné comme le journaliste américain dans les zones de guerre, le gouvernement américain (en très grande partie responsable de la majorité des troubles dit terrosites à travers le mo

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 25 août 2014 13 h 20

      Les palestiniens de Gaza sont loin d'être le Hamas...Il y a une résistance anti-Hamas parmi les palestiniens modérés de gaza qui n'ose pas s'exprimer de peur de représailles..

      L'exécution, sans vrai procès, de 18 palestiniens n'est que la pointe de l'iceberg...Depuis 2006, Le Hamas n'a pas osé reproposer des élections à Gaza car il était sûr de les perdre..Alors, reparlons de la légitimité démocratique du Hamas..

      Il y a un jeu terrible qui dépasse les frontières du conflit I-P et vous semblez porter des oeuillères...Tous les pays arabes à l'exeption de la Turquie et du Quatar prient chaque jour qu'on les débarasse des extrémistes islamistes et cela inclue le Hamas...

  • Gilbert Talbot - Abonné 25 août 2014 07 h 38

    Ça ne finira donc jamais?

    Ça y est! C'est repris encore entre ces deux vieux ennemis. La communauté internationale s'est découragée. Elle ne dit plus rien, ne fait plus rien, comme en Syrie et en Lybie. Les civils continuent de mourir et les Imans et les Rabbins appellent leurs fidèles à la prière pour qu'Allah ou Yahweh soit de leur côté. Pourquoi ne comprennenet-ils pas que ce n'est pas le ciel qui les protègent, mais c'est l'enfer qu'ils propagent à Gaza oui, mais aussi dans les coeurs et les esprits des deux peuples.

  • Rafik Boualam - Inscrit 25 août 2014 08 h 22

    Prudence humanitaire

    Ayoye monsieur Fafouin, faudra peut être ajouter un prix Nobel de l'humanitaire à l'état criminel d'israël. Nous ne vivons pas sur la même planète.

  • Rafik Boualam - Inscrit 25 août 2014 08 h 29

    Quelle communauté internationale?

    Coupable de non assistance à un peuple en danger génocidaire, deux explications à cette attitude: le puissant lobby juif proisraelien, et le passé victimaire des juifs qui continue à faire des ravages.