cache information close 

Sanctions israéliennes, pourparlers au point mort

Jérusalem – Israël a décidé jeudi de nouvelles sanctions contre les Palestiniens, gelant le transfert des taxes qui leur sont dues, après une nouvelle réunion entre négociateurs des deux camps, sous médiation américaine, qui n’a débouché sur aucun progrès.

 

« Il a été décidé de geler le reversement des taxes collectées par Israël pour le compte de l’Autorité palestinienne », a annoncé jeudi à l’AFP un responsable israélien sous couvert de l’anonymat.

 

Ces taxes, dont le montant s’élève en moyenne à quelque 80 millions d’euros par mois, représentent plus des deux tiers des recettes budgétaires propres de l’Autorité palestinienne.

 

Les deux parties multiplient les gestes d’hostilité depuis qu’Israël a refusé de libérer comme prévu le 29 mars un quatrième et dernier contingent de prisonniers, réclamant désormais une prolongation des négociations de paix au-delà du 29 avril.

 

Israël a également suspendu sa participation au développement d’un champ gazier palestinien au large et va plafonner les dépôts bancaires palestiniens dans ses établissements financiers, a ajouté ce responsable israélien, précisant que ces décisions faisaient suite aux « violations flagrantes des accords conclus » entre les deux parties.

 

« Israël précise que les pourparlers sous l’égide des États-Unis se poursuivront pour tenter de surmonter la crise des négociations », a néanmoins assuré ce responsable.

 

Auparavant, une nouvelle rencontre entre négociateurs israéliens et palestiniens, sous la houlette de l’émissaire américain Martin Indyk, s’était tenue dans un hôtel de Jérusalem jeudi pour tenter de surmonter la crise des pourparlers de paix.

 

Elle a réuni à Jérusalem, côté israélien, la ministre de la Justice Tzipi Livni et l’avocat Yitzhak Molcho, représentant personnel du premier ministre Benjamin Nétanyahou, et, côté palestinien, le négociateur Saëb Erakat et le chef des services de renseignement Majed Faraj, a précisé à l’AFP une source palestinienne proche du dossier.

 

« La rencontre n’a débouché sur aucune percée », a déclaré à l’AFP M. Erakat.