Harper est reçu en héros en Israël

Stephen Harper, en compagnie du premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou
Photo: Agence France-Presse (photo) Menahem Kahana Stephen Harper, en compagnie du premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou

Tel-Aviv – Le premier ministre Stephen Harper a reçu un accueil digne d’un héros, dimanche en Israël, sa première étape d’une visite officielle de six jours au Moyen-Orient.

Le premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, a affirmé que M. Harper était « un grand ami d’Israël et du peuple juif », lors d’une cérémonie de bienvenue qui s’est déroulée dans une tente extérieure.

M. Nétanyahou a affirmé que M. Harper avait fait preuve d’un excellent leadership sur le plan moral dans la lutte contre le terrorisme. Il a aussi fait l’éloge de son homologue pour sa position concernant l’antisémitisme, l’Iran et la paix au Moyen-Orient. « Je crois que, dans tout cela et dans tellement d’autres dossiers, vous avez fait preuve de courage, de clarté et de conviction. Le peuple d’Israël et moi apprécions profondément votre amitié et celle du peuple canadien », a-t-il déclaré.

Discours historique

Ces déclarations surviennent après la rencontre hebdomadaire du Conseil des ministres d’Israël, plus tôt dimanche, durant laquelle M. Nétanyahou a encore une fois louangé M. Harper devant ses collègues. « Le premier ministre Harper a une position morale claire et courageuse sur la vérité et les normes requises par la communauté internationale, en lien avec Israël et le conflit qui sévit ici », a-t-il dit.

« Je pense qu’il a pris une position morale digne d’admiration et, au nom du gouvernement et de tous les citoyens israéliens, je lui souhaite la bienvenue. »

Stephen Harper a dit être enchanté de se trouver en sol israélien, mais a indiqué qu’il ferait davantage de commentaires à l’occasion de son discours devant la Knesset, le Parlement du pays, lundi.

Il deviendra ainsi le seul premier ministre canadien à avoir eu l’honneur de prendre la parole devant le Parlement israélien jusqu’à présent.

Ce discours historique se tiendra quelques heures après une visite qu’il rendra au président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, à Ramallah. Il y annoncera probablement une aide supplémentaire à la Palestine.

M. Harper a quitté Ottawa samedi pour un périple de six jours qui le mènera notamment en Cisjordanie et en Jordanie.

Une délégation de 300 personnes

Il est accompagné de six ministres, dont le ministre des Ressources naturelles, Joe Oliver, d’un sénateur ainsi que de trente hauts dirigeants d’entreprise, dont David Asper, Philip Reichmann et Calin Rovinescu, le président et chef de la direction d’Air Canada. Vingt et un rabbins et un prêtre sont également du voyage.

Au total, la délégation canadienne compte 300 personnes, et les contribuables canadiens assumeront les coûts pour le déplacement et l’hébergement d’au moins trente d’entre elles.

L’avion transportant M. Harper et l’imposante délégation qui l’accompagne s’est posé à l’aéroport Ben Gourion, à Tel-Aviv, sous un ciel radieux. Le premier ministre et sa femme, Laureen, ont été accueillis par Avigdor Lieberman, le ministre des Affaires étrangères, et par Vivian Bercovici, l’ambassadrice du Canada auprès de l’État d’Israël.

Les Harper ont ensuite pris place dans un cortège de voitures qui a emprunté une autoroute panoramique jusqu’au mont des Oliviers, qui offre une superbe vue sur la vieille ville de Jérusalem. Ils ont aussi visité les principaux points d’intérêt, dont le dôme du Rocher.

Le porte-parole, Jason MacDonald, a déclaré qu’à l’occasion de ses rencontres avec les leaders israéliens et le roi jordanien, le premier ministre ferait la promotion des relations commerciales de même que de la paix et de la sécurité dans la région.

Le ministre Oliver a affirmé que cette visite était cruciale, non seulement pour les liens politiques, mais aussi pour les liens commerciaux que les deux pays allaient développer. « Il y a une occasion nouvelle de jouer un rôle dans le développement des ressources naturelles d’Israël, qui a découvert la plus grande source de gaz naturel des dernières années. Et, de toute évidence, nous avons une grande expertise dans le pétrole extracôtier et non conventionnel », a expliqué M. Oliver.
21 commentaires
  • Colette Pagé - Inscrite 19 janvier 2014 17 h 37

    L' amitié au service de la Paix !

    Adulé par Israël et reconnu comme un allié indéfectible Stephen Harper devrait profiter de son amitié pour suggérer à son vis-à-vis de cesser d'agrandir les colonies afin de permettre un avancé dans les négociation de paix avec les Palestiniens. Dans cette foulée, il devrait également proposer au PM d'Israêl de démolir son arsenal nucléarie et ses gaz chimiques en retour de quoi l'Iran devrait s'engager à faire de même. Autrement, la question se pose : pourquoi l'Iran accepterait-t-elle de se soumettre à la volonté internationale en regard de son uranimum alors qu'israël, le Pakistan, l'Inde et la Corée du Nord ont la bombe nucléaire ?

    • Raymond MELKI - Inscrit 20 janvier 2014 05 h 08

      Mais tout simplement parce que l'Iran menace continuellement de détruire Israél .

  • Carroll Roy - Inscrit 19 janvier 2014 19 h 11

    Hélas...

    Nul n'est prophète en son pays.

    Je ne pense pas que la majorité des canadiens soient en accord avec la politique internationale du canada (disons de harper) envers Israël.
    Et pourquoi tant de personnes dans cette délégation? Un petit voyage encore au frais du contribuable.
    On apprendra encore qu'il y a eu des jus d'orange à $16, etc...

    • Donald Tremblay - Inscrit 19 janvier 2014 22 h 43

      "Je ne pense pas que la majorité des canadiens soient en accord " vous voulez dire, des Québécois.... Pour ma part, cette visite est une réussite et prouve que le Canada à bonne figure à l'étranger.

    • Albert Labranche - Inscrit 20 janvier 2014 06 h 31

      Dans l'article

      Au total, la délégation canadienne compte 300 personnes, et les contribuables canadiens assumeront les coûts pour le déplacement et l’hébergement d’au moins trente d’entre elles.

    • Jérôme Del Castillo - Inscrit 20 janvier 2014 13 h 19

      @ Donald Tremblay:
      Ce que vous venez de faire est un sophisme: la seule conclusion valide à tirer de cet évènement est que Harper fait bonne figure en Israël, mais vous ne pouvez aucunement conclure que le Canada fasse de même dans le reste du monde.

      Vous devriez réviser les notions élémentaires sur les syllogismes.

  • michel lebel - Inscrit 19 janvier 2014 19 h 56

    Une avancée vers la paix?

    Stephen Harper, contributeur de la paix au Moyen-Orient? J'en serais fort surpris, si on se fie à ses politiques passées! Mais on ne sait jamais! J'ai bien hâte de connaître la teneur de son discours devant la Knesset. La situation là-bas est si bloquée depuis des décennies, c'est désespérant. Qui mettra fin à la folie qui y règne? Stephen Harper pourrait-il nous surprendre en permettant une avancée, si petite soit-elle, vers la paix? On ne peut que le souhaiter!


    Michel Lebel

    • Denis Boyer - Inscrit 20 janvier 2014 08 h 35

      Il faut comprendre ce que signifie "processus de paix", dans la bouche de Nétanyahou: "beaucoup de processus et jamais de paix". Il est hors de question qu'Israël abandonne l'annexation de la Palestine qui se produit continuellement, alors qu'il blâme avec une hypocrisie hors du commun les dirigeants palestiniens pour être la cause de chaque déraillement du processus de paix.

      Harper est reçu en héro parce qu'il joue le jeu d'Israël, en condamnant la flotille pour la paix, en défendant Israël après l'assaut brutal de 2008, en continuant de soutenir qu'Israël "a le droit de se défendre" alors qu'Israël est l'agresseur dans chaque circonstance en cause, parce que Harper fait de la diplomatie mensongère et guerrière en faveur d'Israël, ce qui assure son support financier de retour au Canada. Pendant ce temps, les canadiens ont de plus en plus honte de leur pays...

    • Roland Berger - Inscrit 20 janvier 2014 09 h 15

      La seule avancée certaine de cette démarche est le support total que reçoit et recevra Harper et les conservateurs de l'apport du Congrès juif canadien. On connaît l'influence de ce dernier.

  • - Inscrit 19 janvier 2014 20 h 09

    Il est des amis ...

    ... qui sont peu recommandables. Mais bon, c'est l'affaire du Canada s'il est en accord avec un des pays voyous de la planète, qui méprise depuis sa création les institutions internationales et impose au peuple palestinien le statut de peuple réfugié dans son propre pays. Harper lui, trouve ça normal que la politique de la force ait le dessus. En fait, les deux méprisent le système de sécurité collective et se foutent bien des droits de l’Homme quand il s’agit d’un peuple non élu de Dieu !

    Pas pour rien que Netanyahou ait refusé de se rendre aux obsèques de Mandela. Israël fut un des plus grands supporters de L’Afrique du Sud au temps de l’apartheid, avec Mme Thatcher.

  • Pierre Valois - Abonné 19 janvier 2014 23 h 20

    C'est le mieux qu'il pourra faire...

    Obnubilé (et on pourrait même dire oblitéré, s'il faut en croire la rumeur de l'émission d'un timbre saluant la visite du PM en Israel) d'être reconnu comme grand chef d'état, M. Harper, déjà bien conscient que sa politique étrangère ne l'inscrivait qu'au rang des ligues mineures, choisit d'être honoré par le pays du Moyen-Orient qui respecte le moins les droits de l'Homme.

    Je terminerai donc en citant un extrait de l'ouvrage de Jaroslav Hask, dans Le Brave soldat chveik:

    ''-Est-ce que vous êtes réellement idiot?
    -Je vous déclare avec obéissance, mon lieutenant, que je suis réellement aussi idiot.""