Attentat à Kaboul: 21 morts, dont deux Canadiens

Kaboul — Une attaque des talibans contre un populaire restaurant de Kaboul a fait 21 morts, ont annoncé samedi des responsables afghans, dans ce qui est l'attaque la plus meurtrière contre des civils étrangers depuis le début de la guerre, il y a près de 13 ans.

Parmi les victimes de l'attentat de vendredi contre La Taverna du Liban, on compte 13 étrangers et huit Afghans, tous des civils. L'attaque pourrait marquer un point important pour les organisations internationales en activité à Kaboul. L'événement survient également alors que les conditions sécuritaires se sont détériorées, et que les craintes se sont multipliées à propos du retrait prochain des troupes américaines.

Victimes canadiennes

Dans le bilan des morts, on trouve deux Américains travaillant pour l'Université américaine de l'Afghanistan, ainsi que deux Libanais, un policier danois, un Russe, un Malais, un Pakistanais et deux Canadiens, a confirmé le bureau du ministre des Affaires étrangères, John Baird.

Les deux hommes étaient des comptables travaillant à Gatineau dans la firme Samson et Associés, a confirmé Pierre Samson. Il n'a toutefois pas identifié les deux victimes, puisque sa firme tentait toujours d'entrer en contact avec leurs familles.

Une déclaration transmise samedi après-midi par voie de communiqué mentionne néanmoins que l'une des victimes était Martin Glazer. Le communiqué, publié par la famille du défunt, mentionne que le mandat de M. Glazer consistait à s'assurer que l'aide financière accordée à des organismes et destinée au développement «contribuait bel et bien aux efforts du Canada pour ramener la paix et la sécurité en Afghanistan».

Selon M. Samson, les deux hommes, dont l'un était originaire de Gatineau, et l'autre, d'Ottawa, effectuaient des travaux de vérification comptable pour le compte de l'Agence canadienne de développement international. Ils étaient attablés devant leur repas lorsque l'explosion a eu lieu.

«C'est la première fois qu'une telle chose nous arrive», a dit M. Samson lors d'une entrevue, expliquant que sa firme travaille en Afghanistan depuis un certain temps. «En tant que vérificateurs, nous ne sommes pas sur le front, et nous ne nous rendons donc pas dans les endroits très dangereux, mais il s'agit d'un cas où l'attaque s'est produit directement en ville, et il ne s'agissait donc pas d'une zone à risque. Mais, malheureusement, nous étions dans un mauvais endroit, au mauvais moment.»

M. Samson dit avoir appris la mort de ses employés vendredi soir de le part de l'ambassade canadienne à Kaboul.

Le Canada achève une mission d'entraînement militaire en Afghanistan, mais des sources au ministère de la Défense ont déclaré à La Presse Canadienne qu'il n'y avait aucune victime parmi le personnel en uniforme.

Le restaurant visé, La Taverna du Liban, est situé non loin de l'ambassade du Canada à Kaboul et est un lieu de prédilection des Canadiens qui vivent dans la capitale afghane ou qui s'y trouvent en visite. Un porte-parole de M. Baird a indiqué que tous les membres de l'ambassade ont été retracés et sont sains et saufs.

M. Baird a déclaré que le Canada condamnait «avec la plus grande fermeté le lâche attentat terroriste ciblé qui a été commis [vendredi] dans un restaurant de Kaboul».

Selon M. Baird, cet attentat ne fait que raffermir la détermination du Canada à lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes. «Le Canada demeure inébranlable dans son engagement envers le peuple de l'Afghanistan et ceux qui croient que l'Afghanistan pourra un jour connaître la paix, la sécurité et la prospérité», a ajouté le ministre.

Toujours parmi les victimes, on dénombre le représentant libanais du Fonds monétaire international, en plus de Vadim Nazarov, un Russe qui était le principal responsable des affaires politiques à la mission onusienne en Afghanistan. M. Nazarov était l'un des responsables de l'ONU les plus expérimentés. Il fut l'un des trois décès endeuillant les rangs des Nations unies.

Une vengeance, disent les talibans

Les talibans ont revendiqué l'attentat, affirmant qu'il s'agissait d'une vengeance pour une opération militaire afghane survenue plus tôt cette semaine contre des insurgés dans la province de Parwan, qui, selon les talibans, aurait fait plusieurs victimes civiles.

Ce groupe fournit fréquemment des données exagérées sur le nombre de morts dans des attaques.

Les morts ont ébranlé la communauté des expatriés de Kaboul, qui fréquentaient une poignée de restaurants comme la Taverna, qui étaient considérés comme relativement sûrs dans les rues souvent dangereuses de la capitale afghane.

De telles attaques ont, par le passé, provoqué un exode des employés étrangers, et l'insécurité a été alimentée par le refus, par le président afghan Hamid Karzaï, de signer une entente de sécurité avec les États-Unis, entente qui maintiendrait quelque 10 000 troupes américaines au pays pendant près de 10 ans.

Bien que cet accord eut été entériné par une assemblée l'an dernier, M. Karzaï en a repoussé la signature jusqu'à la présidentielle du 5 avril.

Dans une indication du mauvais état de la relation entre Kaboul et Washington, M. Karzaï a condamné l'attaque, mais seulement près d'une journée après celle-ci.

L'attentat a aussi été condamné par le Conseil de sécurité de l'ONU, l'OTAN et l'Union européenne.
2 commentaires
  • André Michaud - Inscrit 19 janvier 2014 11 h 48

    Le retour des Talibans

    Avec le départ des troupes internationales, plusieurs observateurs sont certains que les talibans vont bousiller les prochaines élections et reprendre le pouvoir par la violence..

    Si le Pakistan avait collaboré, au lieu de servir de refuge aux talibans, on aurait pu les mettre dans une situation ou ils auraient été forcés de négocier et accepter que la démocratie décide en Afghanistan. Hélas, le Pakistan a bousillé toute chance de solution pacifique..

    Si Mme Buttho n'avait pas été assassiné cela aurait pu être différent, cette dernière voulant collaborer avec les USA pour éliminer les camps terroristes. C'est pour cela qu'elle fut tuée.

    Pauvres femmes afghanes, quel sera le sort de celles qui ont osé étudier?

  • Jihad Nasr - Inscrit 19 janvier 2014 19 h 36

    Le retour des Talibans?

    Ils sont partis où pour être de retour? Même les Américains négocient avec les Talibans la période de transition. Les Talibans sont à la fois une réaction de la majorité pachtoune à sa marginalisation dans les affaires du pays et une création des services secrets américano-pakistanais. Le pays est infesté par les services secrets de plusieurs pays qui règlent leurs comptes sur le dos des Afghans: États-Unis, Pakistan, Russie, Inde, Chine, Iran, Turquie, etc.