Négociations israélo-palestiniennes - Nétanyahou justifie la poursuite de la colonisation

« La véritable question est de savoir comment parvenir à ce qu’un État palestinien démilitarisé reconnaisse finalement et accepte [Israël] comme le seul et unique État juif », a ajouté M. Nétanyahou.
Photo: Bernat Armangue Archives AP « La véritable question est de savoir comment parvenir à ce qu’un État palestinien démilitarisé reconnaisse finalement et accepte [Israël] comme le seul et unique État juif », a ajouté M. Nétanyahou.
Jérusalem — Le premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou a justifié vendredi la poursuite de la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, deux jours après la reprise des négociations avec les Palestiniens, a indiqué son bureau dans un communiqué.

M. Nétanyahou a réaffirmé, lors d’une rencontre avec le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, qu’Israël entend annexer les quartiers de colonisation israéliens à Jérusalem-Est (annexé) ainsi que les grands blocs de colonies où vivent la majorité des 360000 Israéliens installés en Cisjordanie occupée, dans le cadre de tout accord de paix avec les Palestiniens.

« Il est important de comprendre qu’il ne s’agit pas de véritables questions qui doivent être discutées, car tout le monde sait, y compris l’équipe de négociateurs palestiniens, que si nous construisons quelques centaines de logements à Gilo ou Ramot [deux quartiers de colonisation de Jérusalem-Est] ou dans d’autres quartiers de Jérusalem, ainsi que dans des blocs urbains [en Cisjordanie] c’est qu’ils feront partie d’Israël dans la carte de paix finale », a déclaré M. Nétanyahou.

« La véritable question est de savoir comment parvenir à ce qu’un État palestinien démilitarisé reconnaisse finalement et accepte [Israël] comme le seul et unique État juif », a ajouté M. Nétanyahou.

La veille à Ramallah (Cisjordanie) à l’occasion d’une réunion avec le président palestinien Mahmoud Abbas, Ban Ki-moon s’était déclaré « profondément troublé » par la relance de la colonisation israélienne.

« Les activités de colonisation approfondissent la méfiance du peuple palestinien à l’égard du sérieux de la partie israélienne pour parvenir à la paix. En dernier ressort cela [la colonisation] rendra impossible la solution de deux États », avait prévenu Ban Ki-moon.

Le ministre israélien du Logement Uri Ariel a annoncé mercredi la construction dans l’année à venir « de milliers » de logements supplémentaires dans les colonies israéliennes.

En début de semaine, Israël avait déjà provoqué la colère des Palestiniens en autorisant la construction d’un total de 2129 logements à Jérusalem-Est et en Cisjordanie.
8 commentaires
  • Jean-Guy Mailhot - Inscrit 17 août 2013 08 h 50

    Les U.S.A. se plaisent à nommer certains pays '' l'axe du mal'', je pense qu'ils devraient nommer Israël par un qualificatif aussi, et cesser de les protéger par leur droit de véto à l'O.N.U.

    Je me répète, mais je crois qu'il faudrait moderniser l'O.N.U. d'abord en enlevant le droit de véto aux pays qui le possèdent, car ils ne possèdent pas en même temps la vérité et surtout la neutralité pour s'en servir.

    Le vote devrait plutôt représenter le poids démographique de chacun des pays votant, et accepter les décisions en ce sens.

    Le mot colonisation avec Israël n'a plus de sens, c'est carrément du vol de terre à un autre peuple, et un mépris total du droit international et des droits humains. Il y a eu le rapport Goldstone, et plusieurs observateurs de prestige comme Stéphane Hessel, et désormais on commence à parler carrément de nettoyage ethnique et génocide contre le peuple palestinien.

    Assez c'est assez. ''Jamais plus'', n'avait-t-on pas dit il y a environ 68 ans !

  • Nicole Bernier - Inscrite 17 août 2013 08 h 55

    Dans le journal "The Star", le 14 août 2013, Estrin écrivait que le bureau du premier ministre offrait des milliers de bourses aux étudiants israéliens pour faire la guerre sur les médias sociaux. Le quotidien israélien "Haaretz" aurait identifié Danny Seaman, comme chef de projet, lequel travaille en collaboration avec le milieu universitaire afin de susciter la colère contre les musulmans sur les médias sociaux. Un des jeunes québécois dont je supervisais le travail durant ces études en Israël a dû apprendre à vivre entouré d'étudiants des services secrets alors qu'il habitait sur le campus avec un palestinien-israélien... Nous connaissons très bien le discours de propagande servi aux étudiants étrangers et comment on entretient la terreur de l'autre avec un service de sécurité omniprésent... Heureusement, nous avons aussi appris comment des professeurs peuvent survivre dans des régimes où ils sont surveillés et constamment attaqués par les étudiants d'extrême droite dans leur classe.

    Mais les médias d'ici et les milieux universitaires ne se sont pas adaptés aux différentes techniques de manipulation

    Tous ces pourparlers avec les Américains sont de la pure manipulation. Jamais Israël ne concèdera la mise sur pied d'un État palestinien à moins que les pays occidentaux ne fassent d'énormes concessions aux pays arabes voisins.

    Actuellement, il ne reste qu'à voir ce que donneront les négociations avec l'Iran...

    Mais je crois de plus en plus que nous allons vers l'éclatement d'une guerre régionale et vers la destruction de la région. Pour que la direction change, il faudrait que l'Occident concède le Moyen-Orient aux idéologies musulmanes qui ne sont pas des royautés et que l'Europe et l'Amérique du Nord cessent de soutenir Israël comme agent de contrôle du Moyen-Orient. Nous avons fait beaucoup de recherche sur Shimon Perez et son maître à penser David Ben Gourion et l'histoire du sionisme, nous comprenons bien le rôle d'Israël dans l'échiquier occident

  • Alain Lavoie - Inscrit 17 août 2013 09 h 43

    Je lis : "La véritable question est de savoir comment parvenir à ce qu’un État palestinien démilitarisé..." J'imagine que cela ne concerne pas Israël évidemment qui reste armé jusqu'aux dents puisqu'il a le bon droit, Dieu et la vérité de son côté.

  • Jacques Patenaude - Abonné 17 août 2013 11 h 35

    Et si les palestiniens dissolvait leur État que se passerait-il?

    Et si les palestiniens dissolvait leur État que se passerait-il?

    Israel ayant le contrôle du territoire devrait le seul État sur l'ensemble du territoire. Se disant démocratique il n'aurait plus le choix de concéder la citoyenneté à tous les habitants du territoire. Rapidement les palestiens d,origine deviendrait une majorité. Alors les Israelien d'origine juive n'auraient d'autres choix que de mettre en place un système d'apartaid ou de concéder aux palestiens la majorité.

    Cette hypothèse semble farfelue. Probablement, mais j'ai entendue qu'elle circule de plus en plus. C'est probablement farfelu mais ça a l'intérêt de nous faire réfléchir sur la situation actuelle qui n'est pas loin une appartaid déguisée. En Afrique du sud aussi il y avait un gouvernement "démocratique" pour justifier le système mis en place par les africaners

    • Jean-Guy Mailhot - Inscrit 17 août 2013 20 h 51

      D'après moi, cette proposition serait une ouverture incroyable pour les israéliens pour finaliser de nettoyer ethniquement le territoire convoité pour leur sionisme intégral venant de leurs idioties religieuses du grand Israël issues des textes folkloriques de l'ancien testament.

      Ce n'est pas parce que ça s'est de dure lutte passée en afrique du sud que ça se répéterait avec les israéliens. Oh que non. Ils sont tellement appuyés par leur diaspora, par les U.S.A., l'occident dont le Canada avec Baird-Harper, et un sentiment éthéré qui joue toujours et encore sur la culpabilité de l'occident suite à la shoah, que le phénomène positif sud-africain de libération a peu de chance de réussite dans cet état.

      Les palestiniens joueraient à la roulette russe en jouant cette hypothèse. Je crois qu'il vaut mieux que le peuple palestinien continue à se faire voir et se faire appuyer à l'O.N.U. Ils y sont de plus en plus reconnus par nombres de pays. À un moment donné, les U.S.A. vont devoir reconnaitre qu'ils sont pratiquement seuls à appuyer inconditionnellement cet appartheid et ce génocide.

      Quand les intérêts égocentriques des U.S.A. seront menacés par le consensus presque mondial contre leur appui à l'état voyou d'Israël, ils vont d'abord repenser à eux-mêmes, leur image et intérêt mondial, et peut-être arrêter de materner et défendre l'indéfendable.

  • Djosef Bouteu - Inscrit 17 août 2013 23 h 54

    La victime devenu bourreau.

    On dirait l'Allemagne qui parle de territoires annexés à la Pologne et qui voudrait les garder.

    Est-ce qu'il pense sérieusement que ça va se passer comme ça?

    Benjamin Nétanyahou ne veut rien de moins que l'approbation de la communauté internationale pour le génocide des Palestiniens.

    Ses déclarations sont du registre de la provocation, complètement délirantes.

    Il ne peut pas y avoir de paix sans décolonisation du territoire palestinien occupé. Sinon ce serait admettre le «droit» aux Palestiniens à faire la même chose aux Israëliens et la guerre continuerait.

    D'avaliser le vol de terres est aussi une invitation à en voler le maximum, ce que fait d'ailleurs Israël en ce moment même en plein pourparlers de «paix».

    Quand est-ce que la communauté internationale va mettre fin à cette farce sanglante et intervenir?