Au Yémen - Multiplication des raids de drones contre al-Qaïda

Un Predator B à la Naval Air Station de Corpus Christi, au Texas. Les attaques de drones américains contre les membres du réseau al-Qaïda au Yémen se sont intensifiées au cours des derniers jours.
Photo: Eric Gay Archives Associated Press Un Predator B à la Naval Air Station de Corpus Christi, au Texas. Les attaques de drones américains contre les membres du réseau al-Qaïda au Yémen se sont intensifiées au cours des derniers jours.

Sanaa – Douze suspects d’al-Qaïda ont été tués en une seule journée au Yémen avec l’intensification des attaques de drone américains contre les membres du réseau accusé d’avoir projeté des attentats d’envergure contre les intérêts occidentaux.

 

La dernière série de trois raids a été lancée jeudi, jour où les Yéménites célébraient le début de l’Aïd el-Fitr, fête marquant la fin du mois de jeûne musulman du ramadan.

 

Ces raids dans la zone de Moukalla (sud-est) et à l’est de Sanaa, portent à huit le nombre d’attaques du genre depuis le 28 juillet. Celles-ci ont tué au total 36 personnes, selon des sources tribales et militaires, dans les zones d’implantation d’al-Qaïda - à l’est de Sanaa, le sud et le sud-est du pays. Les États-Unis sont les seuls à disposer dans la région de drones et les autorités yéménites n’ont jamais clairement démenti l’utilisation de ces engins contre al-Qaïda, et ne cessent de réaffirmer qu’elles collaboraient avec leurs alliés internationaux pour lutter contre le réseau extrémiste.

 

Ces attaques ont été menées alors que les États-Unis ont lancé il y a une semaine une alerte de sécurité face à des menaces d’attentats d’al-Qaïda et fermé une vingtaine de leurs représentations au Moyen-Orient, y compris à Sanaa, et en Afrique.

 

Selon le Wall Street Journal, c’est la branche d’al-Qaïda au Yémen, et non le chef du réseau extrémiste Ayman al-Zawahiri, qui est à l’origine du projet d’attentats anti-occidentaux qui a poussé les États-Unis à lancer l’alerte.

 

Le quotidien, citant un responsable, affirme que le chef d’al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), Nasser Al-Whaychi, est le cerveau de ce projet d’attaques. Zawahiri n’a fait qu’approuver l’opération initiée au Yémen, selon une conversation interceptée par le renseignement américain entre le numéro un d’Al-Qaïda et des responsables de filiales du réseau.

 

« Qu’Al-Zawahiri donne sa bénédiction à un projet est très différent d’ordonner lui-même le complot ou d’être capable de lancer une attaque du style 11-Septembre », souligne ce responsable cité par le WSJ. S’il était confirmé, le rôle passif d’Ayman al-Zawahiri dans ce projet d’attentats renforcerait les affirmations du président américain Barack Obama pour qui « le noyau central d’Al-Qaïda s’achemine vers une défaite » même s’il a appelé à prendre « au sérieux » les menaces extrémistes contre les intérêts américains.

 

L’Aqpa est considérée par les Etats-Unis comme la branche la plus active de la nébuleuse extrémiste. Mercredi, le Yémen a affirmé avoir mis en échec un projet d’Al-Qaïda visant à s’emparer de villes et d’installations pétrolières et d’enlever des étrangers. Le plan a été déjoué samedi dernier, deux jours avant le passage à l’action prévu par des membres du réseau.

À voir en vidéo