44 autres morts - La violence se poursuit en Irak

Selon des sources médicales et des services de sécurité, cinq voitures piégées ont explosé à quelques minutes d’intervalle dans les quartiers chiites de Chaab, Choola, Kamaliyah et Abou Chir de la capitale irakienne.
Photo: Nabil al-Jurani AP Selon des sources médicales et des services de sécurité, cinq voitures piégées ont explosé à quelques minutes d’intervalle dans les quartiers chiites de Chaab, Choola, Kamaliyah et Abou Chir de la capitale irakienne.

Une série d’attaques a fait au moins 44 morts et plus de 150 blessés mardi en Irak, où des voitures piégées ont notamment ciblé des quartiers à majorité chiite à Bagdad.


Selon des sources médicales et des services de sécurité, cinq voitures piégées ont explosé à quelques minutes d’intervalle dans les quartiers chiites de Chaab, Choola, Kamaliyah et Abou Chir de la capitale irakienne, faisant 32 morts.


« J’étais en train de regarder la télévision quand il y a eu une énorme explosion qui a emporté une partie de mon balcon », a raconté Ahmed Ibrahim, un habitant de Kamaliyah. « La bombe ciblait des magasins », a-t-il ajouté.


Quatre personnes ont par ailleurs été tuées par balles dans deux quartiers de la capitale, ont indiqué des sources sécuritaires.


En dehors de Bagdad, une explosion dans la ville à majorité chiite de Samawa, dans le sud-ouest du pays, a fait trois morts et 22 blessés, selon des sources sécuritaires.


Par ailleurs, quatre personnes ont péri et 15 ont été blessées dans un attentat à la bombe contre un cortège funéraire sunnite, près de Bakouba, au nord-ouest de Bagdad, a-t-on appris de sources médicale et sécuritaire.


Enfin, une personne a été tuée par un engin explosif à Kirkouk, ville multiethnique dans le nord du pays.


Aucun des attentats n’a été revendiqué, mais des groupes sunnites liés à al-Qaïda mènent régulièrement des attaques coordonnées contre les chiites, qu’ils considèrent comme des apostats.


L’Irak connaît depuis le début de l’année un regain de violences, sur fond de manifestations de la minorité sunnite et d’impasse politique qui pourrait se prolonger jusqu’aux élections législatives prévues en 2014, selon des experts.


Lundi soir, des attaques visant des chiites avaient fait au moins 45 morts dans la province instable de Diyala, au nord de Bagdad.


Selon un décompte de l’ONU, les violences ont fait plus de 2500 morts ces trois derniers mois en Irak, dont 761 pour le mois de juin, pour la plupart des civils.


Un décompte de l’AFP s’appuyant sur des sources officielles a fait état de 1527 morts pendant cette période, deux fois plus que lors des trois premiers mois de l’année.

À voir en vidéo