Syrie: l'administration Obama reconnait l’utilisation d’armes chimiques par Damas

Washington — L’administration Obama a conclu que le régime syrien avait utilisé des armes chimiques contre les rebelles qui cherchent à le renverser, franchissant la «ligne rouge» établie par le président américain, ont annoncé des responsables jeudi.

Cette conclusion laisse présager une plus grande implication des États-Unis dans la crise en Syrie.

Les responsables ont indiqué que les informations voulant que le régime de Bachar el-Assad ait utilisé des armes chimiques étaient maintenant confirmées. Certaines sources stipulent que l'administration n’a pas encore décidé comment elle allait réagir. Mais selon l'Agence France-Presse, un responsable aurait toutefois indiqué que les États-Unis allaient fournir un «soutien militaire» aux rebelles syriens, sans aller jusqu’à parler de livraisons d’armes, un pas que Washington s’est jusqu’ici refusé à franchir.

Ces responsables ont réclamé l’anonymat parce qu’ils n’étaient pas autorisés à discuter du dossier publiquement avant l’annonce officielle de la Maison-Blanche.

Le gouvernement américain estime que de 100 à 150 personnes ont été tuées dans des attaques à l’arme chimique en Syrie. La Maison-Blanche attribue ces attaques au régime syrien et affirme n’avoir aucune information fiable montrant que les rebelles ont accès à des armes chimiques.

Le président Barack Obama a plusieurs fois déclaré que l’utilisation d’armes chimiques par le régime syrien était une «ligne rouge» qui pourrait changer la politique des États-Unis face à la guerre en Syrie. Jusqu’à maintenant, le gouvernement américain s’est contenté de fournir une assistance non létale et de l’aide humanitaire aux opposants syriens.

Le Congrès a été informé de la situation jeudi, ont indiqué les responsables.

La Maison-Blanche a confirmé l’utilisation d’armes chimiques en Syrie grâce aux preuves transmises par la France, selon ces responsables.

Les gouvernements français et britanniques avaient annoncé la semaine dernière qu’ils avaient récolté des preuves de l’utilisation d’armes chimiques en Syrie.

À voir en vidéo