Iran - Mise en garde à l’opposition en vue des élections

Le ministre iranien du Renseignement, Heydar Moslehi, a mis en garde jeudi les ex-présidents Akbar Hachemi Rafsandjani et Mohammad Khatami, sans les nommer, en raison de leur rôle présumé dans le mouvement de contestation ayant suivi les élections de 2009.


Les deux anciens présidents n’ont pas encore annoncé officiellement leurs candidatures au scrutin du 14 juin pour succéder à Mahmoud Ahmadinejad qui doit quitter le pouvoir après deux mandats.


« Nous disons à celui qui affirme qu’il avait prédit le complot de 2009 qu’il n’a fait aucune prédiction car nous avons des informations très précises sur son rôle dans ce complot », a lancé M. Moslehi, cité par les agences Mehr et Fars.


M. Rafsandjani, un religieux modéré qui a présidé l’Iran de 1989 à 1997, a déclaré il y a quelque jours avoir « prédit » les manifestations ayant suivi la réélection contestée dès le premier tour de Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009.


Les deux candidats réformateurs, l’ex-premier ministre Mir Hossein Moussavi et l’ancien président du Parlement Mehdi Karoubi, avaient à l’époque rejeté les résultats et appelé à des manifestations. Ils ont été placés depuis en résidence surveillée.


M. Moslehi a également adressé un avertissement à M. Khatami, président réformateur de 1997 à 2005.


« Un des chefs du complot, qui n’a pas été mis en résidence surveillée comme les deux autres pour certaines raisons, ne doit pas se tromper et croire que le pouvoir révolutionnaire a oublié le rôle qu’il a joué dans ce complot », a-t-il lancé lors d’un discours à Qom.

À voir en vidéo