Quatre millions de déplacés en Syrie

Des réfugiés près d’Idlib
Photo: Agence France-Presse (photo) Bulent Kilic Des réfugiés près d’Idlib

Quelque quatre millions de personnes ont été contraintes de se déplacer en Syrie en raison du conflit, a indiqué jeudi un responsable du Haut commissariat aux réfugiés (HCR) qui évoquait jusqu’à présent 2,5 millions de déplacés.


La responsable régionale de la communication du HCR à Beyrouth, Reem Alsalem, a reconnu dans un courriel que les chiffres précédents du programme d’aide humanitaire à la Syrie « ne reflétaient plus une situation qui évolue rapidement ».


« L’ONU et ses partenaires sont en train de réviser les chiffres, les scénarios et les réponses à apporter jusqu’à la fin de l’année », a écrit Mme Alsalem, estimant à « environ quatre millions » le nombre de personnes déplacées à l’intérieur de la Syrie depuis qu’a éclaté le conflit en mars 2011.


Ces nouvelles estimations - la communauté internationale s’en tenait jusqu’ici à 2,5 millions de déplacés - devraient être rendues publiques officiellement dans les prochains jours.


Les Syriens déplacés dans leur propre pays s’ajoutent aux quelque 1,2 million de leurs compatriotes qui ont dû fuir dans les pays frontaliers de la Syrie (Jordanie, Liban, Turquie et Irak), selon le HCR. Ce qui signifie qu’un quart des quelque 22 millions de Syriens ont été forcés de se déplacer dans ou hors de leur pays.


L’acuité de la crise risque du coup de tarir les ressources d’assistance des Nations unies, des organisations humanitaires et des pays donateurs.


« Il n’y a pas que la violence qui pousse les gens à fuir, mais aussi la chute du niveau de vie, l’interruption des services publics comme la fourniture d’eau ou le fait que les enfants ne peuvent plus aller à l’école », s’alarme la responsable américaine au département d’État pour les réfugiés, Kelly Clements.


Les États-Unis ont fourni depuis deux ans 385 millions d’aide humanitaire pour la Syrie, dont 216 millions alloués pour les déplacés syriens en Syrie, via le HCR et le Programme alimentaire mondial (PAM).


Plusieurs États donateurs avaient promis, lors d’une conférence au Koweït fin janvier, plus de 1,5 milliard de dons aux réfugiés et déplacés syriens. Mais seuls 30 % de ces fonds ont été effectivement alloués.

À voir en vidéo