Que vaut un soldat afghan?

À la veille du Nouvel An du calendrier perse, des policiers afghans surveillaient mercredi le sanctuaire Hazat-L Ali.
Photo: Agence France-Presse (photo) Shah Maraï À la veille du Nouvel An du calendrier perse, des policiers afghans surveillaient mercredi le sanctuaire Hazat-L Ali.

Quelque 3000 policiers et soldats afghans ont été tués entre mars 2012 et mars 2013, quasiment autant que de militaires de l’OTAN ayant péri en Afghanistan en 11 années de conflit, a-t-on appris mercredi auprès du gouvernement.


Ce chiffre est très inquiétant alors que les forces afghanes prennent progressivement le contrôle du territoire à l’aube du retrait des troupes internationales prévu fin 2014.


Sur les 12 derniers mois, 1800 policiers et 1183 soldats ont été tués, selon un porte-parole du ministère de l’Intérieur et un communiqué de presse du ministère de la Défense.


Ces chiffres sont à comparer avec les 3270 membres de la coalition, dont 2190 Américains, ayant perdu la vie en Afghanistan depuis la fin 2001, d’après un décompte du site icasualties.com.


Inexistantes il y a 11 ans, quand les forces étrangères menées par les États-Unis ont renversé le pouvoir taliban, l’armée et la police afghanes ont été formées à marche forcée par l’OTAN.


Aujourd’hui fortes de 330 000 éléments, contre 352 000 prévus dans quelques mois, les troupes afghanes prennent progressivement le contrôle du territoire dans le cadre d’une transition sécuritaire voulue par Kaboul et l’OTAN.


Leurs membres sont devenus les cibles de prédilection des talibans, qui n’ont pu être matés en onze années de conflit, malgré plus de 130 000 soldats étrangers présents au plus fort de la présence internationale - plus de 100 000 hommes encore sur le terrain aujourd’hui.


En les visant, les insurgés, qui mènent une guérilla sanglante, cherchent à diminuer le potentiel des forces loyalistes et à décourager d’éventuelles vocations.


Ces pertes sont «compréhensibles», car les forces afghanes «pour la plupart impréparées» face aux «bombes artisanales et embuscades» menées par les talibans, «marchent dans les pas de soldats de l’OTAN bien entraînés et équipés», observe Jawed Kohistani, un analyste afghan, qui s’attend à davantage de policiers et militaires afghans tués ces prochaines années.


En 2012, 402 hommes de l’OTAN ont péri en Afghanistan, soit le plus faible total depuis 2008.


Les chiffres des pertes afghanes ont été communiqués à la veille du Nouvel an afghan, l’Afghanistan suivant le calendrier solaire.

À voir en vidéo