Plateau du Golan: vingt Casques bleus de l'ONU seraient détenus par des rebelles syriens

Une vingtaine de Casques bleus membres de la force chargée de surveiller le cessez-le-feu entre Israël et la Syrie dans le plateau du Golan seraient détenus par une trentaine d'hommes armés, ont annoncé les Nations unies mercredi.

Le porte-parole adjoint de l'ONU, Eduardo del Buey, a déclaré que les observateurs participaient à une mission de routine mercredi quand ils ont été arrêtés près d'un poste d'observation qui a subi de lourds dommages et a été évacué le week-end dernier après de violents combats.

La mission des Nations unies dans le plateau du Golan (FNUOD) a dépêché une équipe pour évaluer la situation et tenter de trouver une solution.

Une vidéo obtenue par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme montre apparemment des rebelles syriens détenant les Casques bleus à Deraa, dans le sud-ouest de la Syrie.

Selon l'Observatoire, les rebelles accusent les Casques bleus d'appuyer le redéploiement des forces gouvernementales syriennes dans un secteur du Golan pris par les insurgés il y a quelques jours, des combats qui ont tué 11 rebelles et 19 soldats syriens.

Les observateurs de l'ONU détenus par les rebelles sont tous originaires des Philippines, d'après l'Obervatoire. Les rebelles affirment qu'ils ne libéreront pas les Casques bleus tant que les forces du régime ne se retireront pas du village de Jamla.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a exigé mercredi la libération immédiate des Casques bleus.

La force de l'ONU au Golan a été établie en 1974, après la guerre du Kippour de 1973, afin de surveiller le désengagement des forces israéliennes et syriennes et de maintenir le cessez-le-feu. Israël s'est emparé du plateau du Golan en 1967 et la Syrie réclame sa restitution pour faire la paix avec l'État hébreu.

Par Edith M. Lederer

À voir en vidéo