Violents combats à Damas et à Alep - Moscou dépêche des avions et des navires de transport en Syrie

Alep aurait été l’objet d’un tir de missile lundi soir.
Photo: Agence France-Presse (photo) Ho Shaam Alep aurait été l’objet d’un tir de missile lundi soir.

Pendant que Moscou accélérait mardi les préparatifs d’une évacuation de ses ressortissants en Syrie, deux obus sont tombés à proximité d’un palais présidentiel à Damas, pour la première fois depuis le début du conflit alors qu’Alep enterrait 31 morts, dont 14 enfants, dans un quartier détruit par un missile sol-sol.

Dans le même temps, deux avions transportant des dizaines de tonnes d’aide humanitaire sont arrivés à l’aéroport de Lattaquié, dans le nord-ouest, et l’un d’eux a évacué une centaine de Russes voulant quitter le pays face à l’escalade des combats entre rebelles et soldats et à l’impasse diplomatique.


Le ministère russe de la Défense a aussi annoncé l’envoi de quatre navires de guerre supplémentaires « en mission opérationnelle » en Méditerranée. Selon une source militaire, leur principale tâche pourrait être d’évacuer les milliers de citoyens russes en Syrie. Les navires de transport de troupes Kaliningrad, Chabaline, Saratov et Azov doivent rejoindre le patrouilleur Smetlivyi et d’autres navires de ravitaillement déjà sur place, a précisé le ministère, cité par les agences russes.


« Même si les missions de ces navires de guerre russes n’ont pas été révélées, compte tenu du développement de la situation dans la région et de la présence parmi ces bateaux de gros navires de transport de troupes, on peut supposer que la principale tâche de la marine russe sera de participer à une évacuation des citoyens russes de Syrie », a déclaré une source militaire.


Le 23 janvier, la Russie avait déjà rapatrié 77 Russes habitant en Syrie à bord de deux avions affrétés par le ministère des Situations d’urgence pour apporter de l’aide humanitaire. Mais ces appareils avaient atterri à Beyrouth et non en Syrie. Les personnes évacuées, essentiellement des femmes et des enfants, avaient rejoint la capitale libanaise par la route. Huit mille Russes sont enregistrés au consulat en Syrie, selon l’agence Ria Novosti, mais il y a jusqu’à 25 000 femmes russes mariées à des Syriens.


Principal allié du régime de Bachar al-Assad, la Russie a annoncé qu’elle recevrait le 25 février le chef de la diplomatie syrienne, Walid Mouallem, puis début mars le chef de l’opposition, Ahmed Moaz al-Khatib, pour tenter une médiation.


Sur le terrain


Deux obus de mortier « ont été tirés par des terroristes en direction de l’enceinte sud du palais Techrine, faisant des dégâts matériels », selon l’agence officielle Sana. Le Conseil militaire de l’Armée syrienne libre (ASL), la principale composante de la rébellion, a revendiqué sur sa page Facebook le tir contre le palais.


Plus au nord, à Alep, au moins 31 personnes, dont 14 enfants et cinq femmes, ont été tuées et des dizaines blessées par la chute d’un missile sol-sol lundi soir sur le quartier populaire de Jabal Badro, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).


« C’est vraisemblablement un missile sol-sol en raison de l’ampleur des destructions et du fait qu’il n’y a eu qu’un seul tir, sans que les habitants fassent état de survols de l’aviation », a précisé l’ONG. « Il s’agit d’un quartier populaire d’habitations de mauvaise qualité. Un seul missile a détruit le secteur », selon Abou Hicham, un militant. Une vidéo postée par Aleppo Media Center montre des gens rassemblés sur les ruines et un bulldozer dégageant les décombres.