Les élections en Israël devraient reporter Benyamin Nétanyahou au pouvoir

Les élections, qui clôturent une campagne de trois mois sans éclat, devraient porter au pouvoir une coalition d'irréductibles opposés à toute concession qui pourrait ramener les Palestiniens à la table des négociations.

Si les résultats des sondages se confirment dans les urnes, Israël devrait poursuivre sur la voie du blocage dans les efforts de paix avec les Palestiniens et d'un isolement accru sur la scène internationale.

Les électeurs semblent surtout s'être attardés au bilan des quatre dernières années de Benyamin Nétanyahou, et le conflit avec les Palestiniens, qui a longtemps été un dossier majeur dans la politique israélienne, a été largement absent de la campagne.

M. Nétanyahou est largement perçu comme le meilleur dirigeant pour le pays en cette période difficile, mais sa victoire n'est pas assurée. Les responsables électoraux ont rapporté un taux de participation plutôt élevé comparativement aux élections précédentes.

Une participation élevée pourrait favoriser les opposants du premier ministre sortant, puisque ces électeurs sont généralement moins mobilisés pour les élections que les partisans de la ligne dure. De plus, les sondages d'opinion se sont souvent révélés inexacts dans les élections précédentes.

Benyamin Nétanyahou est arrivé en souriant dans un bureau de vote hautement sécurisé de Jérusalem avec sa femme, Sara, et leurs deux fils, qui exerçaient leur droit de vote pour la première fois. Après avoir déposé son bulletin dans l'urne, le premier ministre a déclaré que les votes pour son parti, le Likoud, étaient «bons pour Israël».

Les sondages d'opinion publiés dans les dernières semaines prédisent unanimement que le Likoud et le parti ultranationaliste Israël Beiteinou remporteront environ le quart des 120 sièges de la Knesset, ce qui les placerait en position de former une nouvelle coalition majoritaire. Avec les autres partis nationalistes et religieux qui le soutiennent, M. Nétanyahou devrait s'assurer d'une majorité de plus de 61 sièges.

À voir en vidéo