Nouvelle colonie de peuplement en Cisjordanie - Bataille diplomatique contre Israël

Photo d'archive montrant des travailleurs de la construction israéliens dans la zone dite «E1», située entre la partie orientale de Jérusalem, annexée en 1967, et l’importante colonie de peuplement de Ma’ale Adoumin, à sept kilomètres de là.
Photo: La Presse canadienne (photo) Sebastian Scheiner Photo d'archive montrant des travailleurs de la construction israéliens dans la zone dite «E1», située entre la partie orientale de Jérusalem, annexée en 1967, et l’importante colonie de peuplement de Ma’ale Adoumin, à sept kilomètres de là.

Cinq pays européens ont convoqué hier les ambassadeurs israéliens sur leur territoire pour protester contre le feu vert donné par l’État hébreu à la construction de 3000 nouveaux logements entre la partie orientale de Jérusalem et une colonie de peuplement existante en Cisjordanie.

S’il est mené à bien, ce projet immobilier compromettra sérieusement la continuité territoriale d’un futur État palestinien en Cisjordanie, croient ses détracteurs, qui y voient par conséquent un obstacle à la reprise de pourparlers de paix entre Israël et l’Autorité palestinienne sur la base de la solution « à deux États ».


Washington a également tenté de dissuader Israël de construire cette nouvelle colonie de peuplement. Les États-Unis ont sommé le gouvernement israélien de Benjamin Nétanyahou « de réexaminer ces décisions unilatérales et de faire preuve de retenue, car ces actes sont contre-productifs et rendent plus difficile la reprise de négociations entre Israël et les Palestiniens », a déclaré le porte-parole de la Maison-Blanche, Jay Carney.


« Les États-Unis s’opposent à tous les gestes unilatéraux, y compris à l’activité de colonisation en Cisjordanie et à la construction domiciliaire à Jérusalem-Est, parce qu’elles nuisent aux efforts visant à relancer les négociations bilatérales directes », a fait savoir un porte-parole du département d’État américain.


Jeudi dernier, l’Assemblée générale des Nations unies a voté pour donner à la Palestine un statut d’« État observateur non membre ». Dès le lendemain, le gouvernement israélien a répliqué en annonçant des plans visant à bâtir 3000 logements, principalement dans la zone dite « E1 » située entre la partie orientale de Jérusalem, annexée en 1967, et l’importante colonie de peuplement de Ma’ale Adoumin, à sept kilomètres de là. Un porte-parole du ministère israélien de l’Intérieur a également évoqué hier la possible relance d’un autre projet immobilier, de 1600 logements à Jérusalem-Est, qui avait été gelé en mars 2010 après avoir provoqué une grave crise diplomatique entre Israël et les États-Unis. Israël a par ailleurs décidé dimanche de retenir le versement aux Palestiniens de taxes d’une valeur de 100 millions perçues en leur nom.


Le geste des cinq pays européens (France, Grande-Bretagne, Suède, Danemark et Espagne) de même que les critiques formulées notamment par les États-Unis, la Russie et l’Allemagne ne semblent pas avoir ébranlé le gouvernement conservateur de Benjamin Nétanyahou, qui doit affronter l’électorat le 22 janvier prochain. En effet, le bureau du premier ministre israélien a diffusé hier un communiqué annonçant qu’« Israël continuera de défendre ses intérêts essentiels même devant les pressions internationales, et [que] la décision qui a été prise ne sera pas changée. » « Nous allons construire à Jérusalem et à tout endroit figurant sur la carte des intérêts stratégiques d’Israël », a également déclaré M. Nétanyahou.


Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a averti que le nouveau projet israélien de colonie de peuplement « risque d’être fatal à la solution à deux États ». « Les colonies de peuplement sont illégales en vertu du droit international. Si la colonie de peuplement E1 venait à être construite, cela représenterait un coup presque fatal aux dernières chances d’aboutir à une solution à deux États », affirme dans son communiqué le patron de l’ONU. Ban Ki-moon a réitéré « son appel à toutes les parties concernées, les engageant à reprendre les négociations ».


Le Foreign Office britannique a menacé Israël d’une « réaction forte » si son projet immobilier en Cisjordanie allait de l’avant.


« Nous voulons qu’il puisse y avoir une reprise des négociations, et le plus tôt sera le mieux », a déclaré de son côté le président français, François Hollande, ajoutant que les mesures qui ont été annoncées sont « contraires au dialogue » entre Israéliens et Palestiniens. Au sujet de la convocation de l’ambassadeur israélien, il a cependant assuré ne pas vouloir entrer dans une « logique […] qui serait celle de sanctions. » Ni Londres ni Paris n’envisagent pour l’heure de rappeler leurs ambassadeurs à Tel-Aviv.


Pour le gouvernement israélien, le geste unilatéral fait par l’Autorité palestinienne à l’Assemblée générale des Nations unies contrevient à ses engagements à négocier avec l’État juif les paramètres du nouvel État à naître. Pour l’Autorité palestinienne, c’est la poursuite de la colonisation juive en territoire occupé qui rend impossibles les négociations entre Israël et les Palestiniens. Celles-ci sont rompues depuis 2010.


« Le gouvernement [israélien] continue d’avancer ses pions autant qu’il peut. Il fait tout son possible pour éviter une solution à deux États », a commenté hier Hagit Ofran, spécialiste des colonies au sein du mouvement israélien La Paix maintenant. La section américaine de cette ONG a pour sa part appelé le président Barack Obama à « intervenir personnellement » auprès du premier ministre Nétanyahou pour qu’il revienne sur sa décision concernant les constructions en Cisjordanie.

 

Avec l’Agence France-Presse et l'Associated Press

34 commentaires
  • André Chevalier - Abonné 4 décembre 2012 04 h 16

    Boycottons Israël !

    La communauté internationale devrait administrer le même traitement qu'elle a fait subir à l'Afrique du Sud pour venir à bout de l'apartheid. Étouffée économiquement, cette dernière a du abdiquer et changer son régime politique.

    Compte tenu de l'idéologie dominante actuellement dans les pays occidentaux et particulièrement au Canada, je sais que ça ne se fera pas au niveau des gouvernement, mais individuellement je vais m'assurer de ne jamais acheter de produits provenant d'Israël, comme je l'ai fait durant des années avec les produits de l'Afrique du Sud.

    • Roger Lapointe - Abonné 4 décembre 2012 06 h 31

      Même médecine de cheval,que celle administrée à l'Iran qui semble fonctionner à merveille,bien qu'elle heurte de plein front le peuple dans son quotifdien.
      L'ONU n'a jamis appliquer de vraies sanctions contre les nombreux manquements d'Israel en 65 ans d'existence.
      Il serait grand temps de passer aux actes.

    • Céline A. Massicotte - Inscrite 4 décembre 2012 06 h 50

      Votre proposition est intéressante mais il y a quelques hics.

      Primo, ladite communauté internationale est une non entité puisque sur ce sujet et tout sujets elle est toujours divisée, et que sur ce sujet en particulier, même les pro et anti sont divisés à l'interne, sur les détails...

      Secundo, comment croire qu'il est possible d'étouffer économiquement l'état israëlien? Israël à l'une des plus puissantes armées du monde (l'enrôlement à ce que je sache y est obligatoire), possède l'arme atomique et les meilleurs services secrets au monde. Si c'était possible... ça aurait été fait depuis longtemps et même sur d'autres dossiers impliquant Israël.

      De méchantes langues, les antisémites d'obédiance antijuifs puisque les Palestiniens comme les Arabes, etc. sans doute, sont aussi sémites, ces méchantes langues donc, dirait qu'il est impossible d'étouffer économiquement cet état... vu qu'il est juif. Je dirai tout simplement qu'il est bien subventionné et soutenu à l'international tant par le public que le privé, et ça depuis longtemps... et que ce n'est pas près de changer.

      Mais il est possible que ça vienne tout simplement de l'interne, avec l'engloutissement de la vie civile israëlienne par la pieuvre intégriste des radicaux religieux; peut-être que ce pays basculera à gauche lors des prochaines élections... Souhaitons le, c'est tout ce qu'on peut faire

    • Robert Bernier - Abonné 4 décembre 2012 08 h 10

      Bravo! Et pour quiconque chercherait un surplus d'information, visitez le site : http://boycottisraelinternational.com/ .

      Robert Bernier
      Mirabel

    • Yves Claudé - Inscrit 4 décembre 2012 09 h 00

      Boycott intégral d’Israël et de ses appuis !

      Pour compléter le point de vue de Monsieur André Chevalier, les citoyens épris de Justice devraient non seulement boycotter les produits d’Israël, mais aussi tout ce qui participe au soutien de la colonie sioniste. Bien des gens participent à certaines campagnes de financement «humanitaire» sans savoir qu’une partie de ces fonds sont transférés pour participer à la colonisation et à la dépossession constante de la nation palestinienne (il faut donc s’informer au préalable…). Cela vaut aussi pour les partis, institutions et entreprises, qui collaborent avec la colonie sioniste.

      Yves Claudé

    • Jacques Beaudry - Inscrit 4 décembre 2012 11 h 28

      Israel n'agit qu'avec l'assentiment de l'Empire qui lui en a donné la permission. Obama nous fait croire le contraire mais allez-y voir. L'ONU n'a pas les couilles pour imposer quoi que ce soit à quiconque sans l'accord de l'Empire. Ça n'arrivera pas.

  • Raymond MELKI - Inscrit 4 décembre 2012 05 h 00

    Colonies

    Si on reste logique, Abbas, en présentant sa demande a l'ONU a rompu les accords d'Oslo. Il a toujours refusé d'entamer des négociations sachant qu'en s'appuyant sur la majorité existante a l'ONU , ses demandes passeront forcement. Lors de son passage a Paris, Netanayahou a invité de a venir négocier dans l'immédiat, aucune réponse.

    • Bernard Dupuis - Abonné 4 décembre 2012 09 h 46

      Israël a une attitude à ce point colonialiste envers les Palestiniens qu'il faudrait que ceux-ci aient la permission de ceux-là pour être reconnus internationalement.

      Cela fait plus de 30 ans qu'Israël promet de négocier avec les Palestiniens. Toutefois, ceux-ci n'ont jamais rien obtenu. Au contraire, ils ont du tout donner même leurs maisons et leurs oliveraies. Il faudrait encore qu'ils donnent leur dignité et leur autodétermination?

      Bernard Dupuis,
      Berthierville

    • Sylvie Paquerot - Inscrit 4 décembre 2012 10 h 14

      Pardon M. Melki, mais M. Abbas ne peut pas vraiment avoir rompu les accords d'Oslo puisque ces accords ont été rompus en mars 1997 par Israël par la reprise de la colonisation à Jérusalem-est... j'y étais... un peu bizarre d'invoquer un accord caduc depuis 15 ans.
      Par ailleurs, votre argument sur la majorité à l'ONU est lui aussi un peu bizarre car le veto étasuniens a toujours empêché l'effectivité de quelque décision onusienne que ce soit.

  • Simon Pelletier - Abonné 4 décembre 2012 06 h 33

    De belles maisons neuves

    D'un autre côté, ça fera des maisons et des infrastructures pour les réfugiés palestiniens lors de la rétrocession inévitable des territoires conquis illégalement par Israël. Ça fera partie des compensations que cet état guerrier devra payer. Fort à parier qu'ils préféreront tout détruire comme ils ont fait dans le passé.
    Boycottons Israël pareil!

    Le code barre sur la plupart des produits israéliens commence par : 729

    http://www.mecanopolis.org/?p=2809

    • Christian Languedoc - Inscrit 5 décembre 2012 08 h 58

      "ça fera des maisons et des infrastructures pour les réfugiés palestiniens lors de la rétrocession inévitable des territoires conquis illégalement par Israël" Voyons donc il vont tout raser avant de partir !

  • Richard Laroche - Inscrit 4 décembre 2012 07 h 01

    Difficile d'imaginer...

    À vendre:

    Superbe condo avec vue sur le ghetto de Gaza. Plancher de bois, bien éclairé. À proximité du bouclier anti-roquettes et d'un hôpital. Idéal pour extrémiste religieux en recherche de provocation ou pour malade mental qui aime vivre dangereusement.

    • Guy Haddad - Inscrit 4 décembre 2012 22 h 56

      Vous vivez bien a l'aise , dans votre Rosemont Petite Patire et imaginez visiter t le moyen-Orient seulemen à Dos de Chameau. Voyez seulement le desert du Negev et le desert Éternel de JUdée aux mains des Gazaouis....tranfosmé en Ghetto comme vous dites...... on s'achète une conscience multiculturelle, et voyez ou en est la Hollande aujourd'hui

  • Marc Collin - Inscrit 4 décembre 2012 07 h 05

    et si on changait..

    "En effet, le bureau du premier ministre israélien a diffusé hier un communiqué annonçant qu’« Israël continuera de défendre ses intérêts essentiels même devant les pressions internationales, et [que] la décision qui a été prise ne sera pas changée. » « Nous allons construire à Jérusalem et à tout endroit figurant sur la carte des intérêts stratégiques d’Israël ». on change israelien par iraniel et israel par iran... est-ce qu'il y aurait autant de tolérance?