L'OTAN se dit prête à défendre la Turquie

Bruxelles, Belgique — L'OTAN s'est dite prête mardi à défendre la Turquie dans la crise qui l'oppose à la Syrie, tandis que l'armée turque a envoyé des avions supplémentaires vers l'une de ses bases proche de la zone de tension, dans le sud-est du pays.

Le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, a précisé que le gouvernement turc pouvait compter sur l'Alliance atlantique, qui a «tous les plans nécessaires en place pour protéger et défendre la Turquie si nécessaire». Mais il a appelé toutes les parties impliquées à faire preuve de retenue et à éviter l'escalade des violences.

La Turquie, membre de l'OTAN, et la Syrie échangent des tirs depuis le 3 octobre, après un tir de mortier syrien qui a tué cinq civils dans un village turc. Le Parlement turc a autorisé des opérations militaires en territoire syrien le lendemain, mais le premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, a assuré que son pays ne voulait pas la guerre avec son voisin.

Dans un discours devant les parlementaires de la majorité, M. Erdogan a rappelé qu'Ankara continuerait de répliquer aux attaques syriennes. «Nous nous opposerons à tous les types de menaces contre le territoire turc et le peuple turc», a-t-il déclaré. «Nous ne cesserons jamais de répliquer.»

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a qualifié la crise de «catastrophe nationale qui a des ramifications mondiales». «L'escalade du conflit le long de la frontière entre la Syrie et la Turquie et les répercussions que la crise a sur le Liban et les autres voisins de la Syrie sont extrêmement dangereux», a jugé M. Ban, en visite à Paris. Il a appelé les belligérants à «faire preuve de la plus grande retenue» et à trouver «une solution politique», qui est selon lui «la seule issue possible à la crise».

Des spécialistes soupçonnent la Syrie de participer intentionnellement à cette escalade pour faire savoir à la Turquie qu'elle paiera cher tout soutien aux opposants au régime de Bachar el-Assad, et décourager toute intervention militaire étrangère en Syrie. «Ce n'est pas un accident. Vous ne pouvez pas envoyer des obus par erreur cinq jours d'affilée», a affirmé Mustafa Alani, expert du Moyen-Orient au Centre de recherches sur le Golfe à Genève.

«La Syrie sait que la Turquie ne peut pas aller plus loin», analyse Ali Tekin, professeur de relations internationales à l'université Bilkent à Ankara. «Le peuple turc ne veut pas de guerre et il n'y a aucun intérêt national qui légitime une guerre.»

Lundi en fin de journée, au moins 25 avions de combat F-16 turcs ont été déplacés vers la base aérienne de Diyarbakir, a annoncé l'agence de presse Dogan. Mardi, le chef d'état-major des armées turques a passé en revue les troupes postées le long de la frontière avec la Syrie.



3 commentaires
  • Jean Francois - Inscrit 9 octobre 2012 16 h 57

    Il y a jamais de gagnant dans les guerres, sauf les marchands d'armes.

    Je me demande s'il y a eu confirmation que c'était bien le gouvernement Syrien qui a lancer le missile sur la Turquie. Car la réalité est que All-Kaida pourrais également avoir fait un acte de ce genre pour insiter une guerre qui lui permettrait une fois Assad tombé d'instaurer la sharia. Il serrais assez facile de voir qui as fabriquer le missile, pourtant aucun média occidentaux en as parlé par contre les médias russe et chinois on dit qu'il était de fabrication occidental ...

    Trouver a qui profite la solution au probleme, répond souvent à la question, qui est le coupable.

    De tout mon coeur j'èpesre que la paix règnera bientot sur cette région du monde.

    Comme la dit Einstein « La paix ne peut être maintenue par la force, elle peut seulement être obtenue par la compréhension »

    • Francois Lamoureux - Inscrit 9 octobre 2012 20 h 57

      Ne croyez pas trop aux miracles.
      Ils cherchent un prétexte pour la faire leur guerre.
      C'est ce qu'ils veulent depuis qu'ils ont par tout les moyens
      diabolisé le président Bachar El Assad.
      Souvenez-vous de l'afghanistan, l'Irak, la Libye etc.
      L'histoire se répète.Mais cette fois-ci les russes et les Chinois ne resteront pas les bras croisés devant l'arrogance et les mensonges de l'occident. Désolé ,mais je crois que nous sommes à l'aube d'une 3ième guerre mondiale.

  • Frédéric André - Inscrit 10 octobre 2012 06 h 45

    La Turquie ne veut pas la guerre ???????????

    «L'OTAN s'est dite prête mardi à défendre la Turquie dans la crise qui l'oppose à la Syrie» : voilà qui est rassurant - du moins pour les va-t-en-guerre des USA, de l'OTAN et, surtout, de la Turquie : depuis le temps qu'Erdogan l'exige, cette intervention de l'OTAN (qui aurait dû être dissout depuis la chute du mur de Berlin), il va finir par l'obtenir. Au risque d'un conflit avec la Fédération de Russie, souhaité depuis longtemps par les USA. Et pour eux, peu importent les conséquences pour l'Europe...

    Espérons que, pour une fois, les autorités turques - Erdogan en tête - écoutent la population qui, elle, ne veut pas la guerre.