Un Navy Seal contredit la version officielle de la mort de ben Laden

Un membre des Navy Seals qui a participé au raid contre Oussama ben Laden en 2011 livre dans un ouvrage à paraître un récit de l’opération contredisant certains détails révélés par les autorités américaines au lendemain de l’opération phare de la présidence de Barack Obama.


Dans No Easy Day (Pas de jour facile), dont la sortie a été avancée du 11 au 4 septembre, sous le pseudonyme de Mark Bowen, il raconte dans le détail l’opération, selon des extraits publiés mercredi par le Huffington Post.


Le chef d’al-Qaïda a été tué dans sa résidence d’Abbottabad (Pakistan) le 1er mai 2011. L’administration Obama a laissé filtrer de nombreux détails sur le raid selon lesquels il avait tenté de résister et avait été abattu dans sa chambre. Elle avait ensuite reconnu qu’il était désarmé.


Owen livre un compte-rendu quelque peu différent : ben Laden n’a pas été abattu dans sa chambre. Il raconte avoir monté les escaliers de la maison vers la chambre de ben Laden à la suite d’un autre soldat quand, « à moins de cinq marches du palier », il a « entendu des coups de feu tirés avec un silencieux. Pop, pop. » C’était son collègue qui a ouvert le feu.


« Je ne pouvais pas dire d’où je me trouvais si les tirs ont touché leur cible ou pas. » L’homme qui avait passé sa tête dans l’encadrement de la porte « a disparu dans la chambre sombre », poursuit-il.


Une fois entré dans la chambre, Mark Owen écrit avoir vu « du sang et de la matière cérébrale s’épancher sur le côté de son crâne ». Le corps de Ben Laden tressautait encore. Owen et un autre Seal ont alors « pointé leur visée laser sur sa poitrine et tiré plusieurs coups » jusqu’à ce que le corps de bouge plus.


Interrogés par l’AFP, des responsables américains ont refusé de revenir sur les détails de l’opération. « Ben Laden était désarmé, c’est vrai. Mais l’équipe sortait juste d’un échange de tirs. […] Ensuite, il y a cette personne [Ben Laden] qui passe sa tête en travers de la porte », a toutefois reconnu un responsable de la Défense.


Ben Laden était bien désarmé, mais il ne s’agissait en aucun cas d’une exécution, selon lui. Un fusil d’assaut Kalachnikov et un pistolet russe non chargés ont été retrouvés dans la chambre.


Élément qui pourrait s’avérer embarrassant pour les États-Unis qui assurent avoir traité la dépouille d’Oussama ben Laden avec respect, Mark Owen raconte qu’un membre du commando était assis sur la poitrine du chef d’al-Qaïda étendu sur le plancher de l’hélicoptère lors du vol de retour.


L’un des deux Blackhawks modifiés ayant été accidenté lors de l’opération, les soldats ont dû se tasser dans l’appareil restant et il n’était pas question d’abandonner le corps de l’ennemi numéro un des États-Unis qu’il fallait encore formellement identifier.


Sans confirmer la réalité de cet épisode, un ancien membre de ces troupes d’élite a expliqué qu’il arrivait à des membres des forces spéciales de s’asseoir sur le corps de leurs collègues tués en raison du manque d’espace. Pour lui, il ne s’agit en aucun cas d’atteinte à la dignité de la dépouille mais de contraintes logistiques.


Contrairement au règlement pour les militaires, l’ouvrage n’a pas été soumis au Pentagone ni à la CIA avant publication pour s’assurer qu’il ne révélait pas d’éléments classifiés.


La maison d’édition Dutton, qui espère déjà un best-seller avec une première impression de 300 000 exemplaires, a souligné que le livre avait été revu « par un ancien avocat des forces spéciales » pour s’en assurer.


Le Pentagone et la CIA ont depuis obtenu copie du manuscrit et le passaient toujours en revue mercredi, selon le lieutenant-colonel Stephen Warren, un porte-parole du Pentagone.

5 commentaires
  • Pierre Vincent - Inscrit 30 août 2012 04 h 24

    Bin Laden a bel et bien été assassiné...

    Merci à un témoin oculaire de confirmer (une fois de plus) que la version officielle d'un évènement est rarement la vérité...

  • Jean Martin - Inscrit 30 août 2012 12 h 42

    N'importe quoi !

    Depuis le 11 septembre 2001, les américains interrogent et capturent partout dans le monde des gens qu'ils soupçonnent d'intentions terroristes. Tous les moyens sont bons: prime de dénonciation, emprisonnement sans procès, torture, y compris dans des pays tiers...

    Peut-on imaginer un seul instant que s'ils avaient une chance de capturer le chef suprême d'Al Qaïda, Bin Laden lui-même, ils le tueraient immédiatement ? Certainement pas ! Ils le captureraient pour le faire parler car les renseignements qu'ils pourraient en tirer seraient bien plus importants que ce que pourrait raconter un gamin de 14 ans capturé sur un champ de bataille et pourtant interrogé depuis 10 ans à Guantanamo.

    Bin Laden n'a pas été abattu. Peut-être est-il mort aujourd'hui après en avoir extrait toute l'information possible mais certainement pas lors de l'assaut de son repaire.

    • Gilbert Talbot - Abonné 30 août 2012 23 h 54

      Non, moi je crois plutôt qu'il a bel et bien été exécuté. Il le fallait pour ramener la paix aux USA. Il fallait sacrifié quelqu'un d'important pour venger la mort de toutes ces victimes du 11 septembre. C'est un meurtre sacrificiel, un geste sacré, qui relie directement l'Amérique avec les cultes sacrificiels anciens des Mayas et des Aztèques.

      Par comparaison, l'empoisonnement de Yasser Arafat n'est qu'un simple meurtre politique. Un acte de guerre certes, mais à peine plus important que la mort des autres soldats Palestiniens. Arafat était un chef de guerre. Il est mort en guerrier, assassiné par l'arme des lâches : le poison, qui tue lentement, sans laisser trop de traces.

    • Jean Martin - Inscrit 31 août 2012 12 h 31

      Gilbert,

      Justement, cet assassinat n'avait rien de sacrificiel ! Rien de publique. Les américains prétendent avoir ramené le cadavre puis s'en être débarrassé en plein océan... Connaissant leur expertise dans la manipulation des médias, s'ils avaient voulu "ramener la paix" ou clore un chapitre de leur histoire, ils auraient montré le décédé, puis s'en seraient débarrassé.

      Cette absence d'exposition m'incite à croire que Ben Laden n'a pas été tué lors de l'assaut. Et s'il est mort six mois plus tard pendant son interrogatoire, c'était trop tard pour les photos...

      S'il avait été tué lors de l'assaut, ça aurait probablement été un suicide ou par un de ses fidèles pour éviter qu'il ne soit capturé vivant.

      Et enfin, ouvrons la porte aux théories de conspirations... Si le seul but de l'assaut était vraiment de le tuer, ça signifierait que les américains savaient qu'ils ne tireraient aucune information de Ben Laden. Donc c'était soit un bouc émissaire insignifiant, soit leur complice. Parce que vu la soi-disant importance du bonhomme, les américains auraient sacrifié autant de seals ou autres commandos que nécessaire pour le prendre vivant. Et c'était facile avec des gadgets du style taser, fusil à aiguilles soporifiques ou carrément au corps-à-corps dans un espace aussi petit que la maison qu'ils ont montrée.

  • RONALD LESAGE - Inscrit 30 août 2012 13 h 28

    J'adore ces gens qui croient que ...

    On peut former des soldats qui iront risquer leur vie et leur liberté dans un territoire ennemi tout en ayant l'âme charitable de soeur Theresa . Ces gens n'ont jamais connu une telle montée d'adrénaline qui modifie le comportement pendant et après le moment cruciale où la mort est au rendez-vous ou pire encore que la mort , être fait prisonnier et subir pendant des années les pires supplices . Je remercie tous ces gens qui sans eux , l'Europe serait sur le joug de l'Allemagne , la race juive serait éliminée des vieux continents et l'Asie sous le contrôle des Japonais . Certes ils ne sont pas parfait , nous ne le sommes pas mais qui veut après le 11 septembre présenter l'autre joue .