Intensification des violences en Syrie: les observateurs de l'ONU suspendent leurs activités

Un chef d'équipe d'observateurs des Nations Unies en Syrie se tient près d'une voiture dans le quartier syrien de Zabadani à Damas. Les observateurs de l'ONU en Syrie ont suspendu leurs activités et de patrouilles aujourd'hui en raison d'une escalade de la violence dans le pays.
Photo: La Presse canadienne (photo) Muzaffar Salman/AP Un chef d'équipe d'observateurs des Nations Unies en Syrie se tient près d'une voiture dans le quartier syrien de Zabadani à Damas. Les observateurs de l'ONU en Syrie ont suspendu leurs activités et de patrouilles aujourd'hui en raison d'une escalade de la violence dans le pays.

Beyrouth – Les observateurs des Nations unies en Syrie suspendent leurs activités et patrouilles en raison de l'intensification des violences, a annoncé aujourd'hui le chef de la mission onusienne, le général norvégien Robert Mood.

Ces violences font courir des risques importants aux 300 observateurs déployés dans le pays et les empêchent de remplir leur mandat, a précisé le général Mood dans un communiqué. Les militaires de l'UNSMIS ont été envoyés en Syrie dans le cadre du plan de paix de l'envoyé spécial de l'ONU et de la Ligue arabe, Kofi Annan. Le cessez-le-feu entré en vigueur le 12 avril est resté lettre morte et les observateurs ont été pris dans les affrontements à plusieurs reprises.

Ils « n'effectueront plus de patrouille jusqu'à nouvel ordre », a fait savoir le général Mood. Les soldats de l'UNMSIS ne quitteront pas la Syrie et la situation sera réévaluée quotidiennement. Les opérations reprendront quand ils estimeront que la situation le permettra.

« Le manque de volonté des parties de chercher une transition pacifique, l'offensive pour gagner des positions sur le terrain augmentent les pertes des deux côtés. Cela entraine également des risques importants pour nos observateurs », a-t-il déploré.

Par ailleurs, les forces syriennes ont bombardé des faubourgs de la capitale, Damas, faisant au moins 12 morts au cours des dernières heures, a rapporté samedi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Huit des victimes ont été tuées à Douma, dans la banlieue de Damas, où les forces du régime ont tiré des obus de mortier qui ont touché un immeuble d'habitation, précise-t-on de même source. Les quatre autres personnes, dont trois de la même famille, ont été tuées à Arbin et Tall, selon Mohammed Saïd, un militant de l'opposition sur place.

L'agence officielle syrienne SANA a de son côté affirmé que les militaires avaient démantelé des repaires de groupes armés et tué un nombre non précisé de « terroristes », le terme utilisé par le régime pour désigner les membres de l'insurrection.

À Homs, dans le centre de la Syrie, les forces syriennes continuent de bombarder les secteurs sous contrôle de l'insurrection, dont Khaldiyeh et Jouret el-Shayyah, d'après l'OSDH qui a appelé le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon à « intervenir immédiatement ».

Plus de 1000 familles sont bloquées dans les quartiers bombardés où les conditions sanitaires se dégradent, ajoute l'OSDH. De nombreux blessés ne peuvent être soignés ni évacués.

À voir en vidéo