Koweït - L'émir accepte la démission du gouvernement

Koweït — L'émir du Koweït, Sabah al-Ahmad al-Sabah, a accepté hier la démission du gouvernement, réclamée depuis plusieurs mois par la rue et l'opposition, a rapporté l'agence de presse officielle.

Selon des sources parlementaires, les séances au Parlement devraient être suspendues jusqu'à la formation d'un nouveau gouvernement, ce qui pourrait prendre trois mois.

Depuis mars dernier, des manifestations étaient organisées pour exiger la démission du premier ministre, Nasser al-Mohammad al-Sabah, un neveu de l'émir accusé de corruption.

Le président du Parlement a indiqué n'avoir aucune information sur une éventuelle dissolution de l'Assemblée.

Le 16 novembre, des manifestants avaient pénétré brièvement à l'intérieur du Parlement pour réclamer la démission du chef du gouvernement.

En mai, deux députés avaient tenté d'interpeller le premier ministre sur une affaire présumée de détournement de fonds, une accusation qu'il rejette. Le gouvernement avait démissionné en mars pour éviter que trois ministres, membres de la famille Al-Sabah, soient interrogés par les parlementaires.

Le Koweït, quatrième exportateur mondial de pétrole, possède le Parlement le plus ouvert des pays du Golfe.