En bref - Pas de discussions sans dépôt des armes

Islamabad — Le gouvernement d'Islamabad a posé hier comme préalable à des pourparlers de paix avec les talibans pakistanais le désarmement des insurgés islamistes.

«Le minimum, c'est qu'ils rendent leurs armes. Ensuite, il y aura des discussions. S'ils pensent pouvoir garder leurs Kalachnikovs tout en discutant, il n'y aura rien», a déclaré le ministre de l'Intérieur, Rehman Malik. Islamabad comme les talibans ont laissé entendre récemment qu'ils étaient ouverts à des discussions, mais des spécialistes émettent des doutes sur la volonté réelle des activistes à nouer le dialogue.