Mabrouk ! - Syrie : euphorie et émotion accueillent la création du Conseil national

Des Jordaniens et des Syriens vivant en Jordanie ont manifesté leur joie lors de la création du Conseil national.<br />
Photo: Agence Reuters Majed Jaber Des Jordaniens et des Syriens vivant en Jordanie ont manifesté leur joie lors de la création du Conseil national.

Facebook ou appels entre Syriens à travers le monde depuis l'annonce dimanche de la formation d'un Conseil national syrien à Istanbul. Tandis que certains rajoutent après ce mot une formule locale réservée habituellement aux mariages, un internaute ironique commente: «Maintenant il ne reste plus qu'à renverser le régime...»

L'euphorie et l'émotion démesurées avec lesquelles les contestataires syriens ont accueilli ce Conseil avaient en effet un avant-goût de victoire faisant oublier la brutale réalité sur le terrain. Il est vrai que «ce premier pas vers la démocratie», comme l'a qualifié dans son communiqué l'association Souria Houria (Syrie Liberté) de soutien à la révolution syrienne en France, était attendu. Le rassemblement des différents mouvements et tendances de l'opposition était devenu une revendication urgente et obsessive du mouvement de protestation en quête d'un nouveau souffle et qui s'affaiblissait sous les coups de boutoir de la répression du régime.

La pression exercée par les comités de coordination locaux de la révolution sur les formations et les personnalités de l'opposition a donc été décisive pour convaincre certains partis et personnalités indépendantes de rejoindre la structure créée à la fin de l'été par des technocrates syriens en exil, de tendance islamiste libérale. En annonçant en début de semaine dernière leur adhésion au Conseil national, ces comités, sans lesquels aucune opposition syrienne ne peut aujourd'hui se revendiquer légitime, ont précipité le mouvement. En quelques jours, les représentants des principales formations politiques (Déclaration de Damas pour le changement démocratique, Frères musulmans, Kurdes, Assyriens et indépendants) se sont rassemblés et entendus pour former cette instance unifiée. «La révolution syrienne a désormais une adresse principale pour la représenter à l'intérieur comme à l'extérieur», a déclaré Burhan Ghalioun, professeur à Paris III et l'une des principales figures de ce Conseil national.

Incarner une alternative démocratique au régime de Bachar al-Assad sur la scène internationale comme pour la population syrienne encore majoritairement passive sont les deux défis auxquels doit répondre cette nouvelle instance représentative. Interrogé sur la reconnaissance internationale, Ghalioun a répondu: «Ce ne sera vraiment pas un problème maintenant que la tâche la plus difficile qui était la constitution du Conseil est accomplie.»

Plusieurs pays, occidentaux ou de la région, qui cherchent à aller plus loin dans la condamnation et les sanctions contre Damas et se plaignaient de la faiblesse et des divisions de l'opposition n'ont plus d'excuses pour ne pas soutenir un changement radical de régime. Mais c'est d'abord auprès des organisations internationales et régionales, notamment la Ligue arabe au Caire, que les délégations de ce nouvel interlocuteur syrien vont se présenter pour demander «la protection des populations civiles», tel qu'annoncé par le Conseil dans ses premiers objectifs.

À l'intérieur, l'étape d'Istanbul n'aura peut-être pas d'effet spectaculaire dans l'immédiat sur le cours des événements dans les rues des villes et des localités syriennes où la machine répressive ne faiblit pas, mais l'impact politique sur un régime qui compte de moins en moins de partisans et qui jouait sur l'absence d'alternative pour en retenir encore quelques-uns devrait se faire sentir rapidement.
1 commentaire
  • G. Yansoun - Inscrit 4 octobre 2011 02 h 55

    La victoire

    Peu importe le pouvoir politique qui controle ou qui va controler la Syrie prochainement, le vent du changement qui a touché le peuple Syrien, le changement dans les valeurs , la mentalité, et dans les esprits, est une victoire pour la Syrie et pour l'humanité .