Israël insulte le peuple grec, selon Amir Khadir

Québec — Israël est en train d'insulter le peuple grec dans l'affaire de la «Flottille de la liberté». C'est l'avis du député de Québec solidaire, Amir Khadir, dont le parti prend part activement à la mission humanitaire destinée à la bande de Gaza. M. Khadir soupçonne Israël de faire exécuter ses basses œuvres par les autorités grecques qui bloquent l'appareillage des militants amarrés en Crête en direction du territoire palestinien.

Dans une entrevue accordée à La Presse canadienne hier, le député a soutenu qu'Israël profite de la banqueroute économique actuelle des Grecs «pour imposer sa loi». Selon lui, la flottille subit un blocus dans les ports grecs qui est imposé par Israël, mais exécuté par le gouvernement grec. À ses yeux, la situation est d'autant plus «déplorable» que, d'une part, l'État grec condamne le blocus de Gaza et, d'autre part, les militants grecs sont en faveur d'une Palestine libre. M. Khadir estime donc que «c'est une insulte au peuple grec, une abdication de sa souveraineté».
16 commentaires
  • Bertrand Gardere - Inscrit 6 juillet 2011 01 h 08

    Redorer son image

    Les Israéliens n'ont certainement pas à insister beaucoup pour que les Grecs fassent assaut de pouvoir régalien. L'autorité grecque et son économie sont déliquescentes. Il est raisonnable de penser que dès lors que le gouvernement grec trouve le moyen de reprendre la main, il le fait. Au détriment justifié ou non des acteurs de la "flottille de la liberté". Réflexe logique, tout le pays est "humilié". Il ne va pas laisser piétiner de surcroît par une escouade de bobos en tongs qui a décidé de passer outre ses directives.

  • ramuncho - Inscrit 6 juillet 2011 04 h 38

    Khadir

    Au lieu d'essayer de mettre la zizanie entre le gouvernement Israélien et le gouvernement grec, Mr Khadir ferait mieux de developper un peu plus les libertés dans la bande de Gaza. Soutenir cette soi-disant flottille pour Gaza qui n'est rien d'autre qu'une provocation, les dirigeants du Hamas ferait mieux de s'occuper de leur population.

  • Nasboum - Abonné 6 juillet 2011 07 h 45

    @marclemieux

    Khadir a raison et s'il a le courage de ses convictions, tant mieux pour lui. C'est évident qu'il y a pression sur le gouvernement grec pour qu'il garde ces flottilles chez eux et je ne vois aucunement où se trouve le discours pro-islamiste ou anti-israélien. Je suis plutôt sceptique sur l'approche anti-blocus des flottilles. C'est annoncé tellement tôt et bien qu’Israël est rapidement capable d'organiser sa riposte. Il va falloir trouver autre chose.

  • lephilosophe - Inscrit 6 juillet 2011 08 h 14

    Tête de Turc

    Tout le monde connaît la rivalité atavique entre les Grecs et les Turcs. Alors, depuis l'année dernière, lors de l'assaut contre la «Flottille de la liberté», les relations entre la Turquie et Israël se sont sérieusement dégradées. Le gouvernement israélien, de plus en plus isolé sur la scène internationale, entama un rapprochement avec l'ennemi juré des Turcs: les Grecs. Les rencontres entre Papandreou et Netanyahou ont commencé dès août 2010 lorsque les deux hommes se sont croisés à Moscou. Ainsi allait se sceller une autre alliance diplomatique xénophobe, alors même que le gouvernement grec avait voté la condamnation du blocus de Gaza. Et depuis, Netanyahou a utilisé tous les moyens dont il dispose pour aider Papandreou à convaincre les institutions européennes et le FMI de débloquer l'aide à la Grèce. Mais le hic de cette affaire, c'est que le résultat de ces tractations ont conduit à l'adoption de mesures que le peuple grec rejette radicalement comme en font foi les manifestations quotidiennes contre Papandreou. Ainsi le peuple grec a donc un autre ennemi que le «Turc», l'«Israélien» qui vient appuyer les efforts de son gouvernement pour le dépeçage économique du peuple grec, de la vente de feu de ses actifs publics au bénéfice de l'oligarchie financière internationale. Cette alliance n'est donc pas seulement contre les pacifistes de la Flottille, elle est contre les intérêts du peuple grec. Gageons que ce dernier s'en souviendra longtemps. Et encore une fois, Israël préfère s'entendre avec des gouvernements hostiles à leur peuple, plutôt que de développer l'amitié entre les peuples. Toutes ses alliances étant sujettes à revirements inattendus comme celle tissée avec le dictateur Moubarak contre la volonté du peuple égyptien. Amir Khadir a tout-à-fait raison de parler ainsi dans ce contexte.

    Bernard Gadoua

  • richardle - Abonné 6 juillet 2011 08 h 53

    mépris

    L'expression "escouade de bobos en tongs" utilisée par Bertrand Gardère est tellement méprisanse envers des personnes qui s'exposent à des risques réels qu'elle m'a ramené à un cours d'éthique où le prof avait rappelé que dans mépris et méprise on retrouvait la même racine et que le mépris relevait souvent d'une erreur sur la personne.
    Richard Lépine