La révolution démocratique s'intensifie en Syrie - Plus de 500 000 protestataires dans la seule ville de Hama

Des Syriens régfugiés en Turquie ont également manifesté hier.
Photo: Agence Reuters Osman Orsal Des Syriens régfugiés en Turquie ont également manifesté hier.

Damas — Plus d'un demi-million de personnes ont manifesté hier à Hama, dans le centre de la Syrie, pour appeler à la liberté, ce qui constitue «la plus grande manifestation» depuis le début du mouvement de contestation dans ce pays, ont affirmé des militants sur place.

Les forces de sécurité ont fait onze morts, essentiellement parmi les centaines de milliers de manifestants qui ont défilé contre le régime dans toute la Syrie, où le «temps presse» pour le pouvoir, a mis en garde la diplomatie américaine.

«Plus de 500 000 personnes» ont manifesté hier à Hama, ville située à 210 km au nord de Damas, a assuré le président de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme Rami Abdel-Rahmane, selon lequel il s'agit de «la plus grande manifestation [contre le régime] depuis le déclenchement de la Révolution en Syrie», le 15 mars.

Les contestataires, rassemblés sur la place al-Assi, leur lieu de rendez-vous traditionnel, ont scandé des slogans hostiles au régime et en faveur de la liberté, a-t-on pu entendre au téléphone.

Lourd bilan à Homs

À Homs, à 160 km au nord de la capitale syrienne, «plus de 100 000 personnes» ont participé hier aux protestations, a raconté un militant des droits de l'Homme. C'est là que le bilan des morts a été le plus lourd, puisque «six personnes dont une femme ont été tuées quand les forces de sécurité ont ouvert le feu pour disperser des manifestations dans plusieurs quartiers» de cette ville du centre, a affirmé un militant.

«Des chars de l'armée ont pénétré dans le quartier de Baba Amr», a déclaré le numéro un de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, Rami Abdel-Rahmane. Pour sa part, la télévision officielle syrienne a signalé deux blessés dans les rangs des forces de l'ordre à Homs.

Deux manifestants ont également été abattus vendredi à Damas, dans le quartier de Qadam, et un autre à Daraya, près de la capitale, par «les forces de sécurité», d'après des militants.

Une militante a, de plus, fait état de la «mort d'une femme et de sa fille tuées dans un bombardement de l'armée sur un élevage de poulets dans le village d'Al-Barra de la région de Jabal al-Zawiya» (nord-ouest). Une personne a en outre été tuée à Lattaquié, sur la côte, par une grenade lancée d'une voiture, selon Ammar Qorabi.

Toutes les régions


Dans le même temps, des dizaines de milliers de manifestants ont défilé à la sortie des mosquées à Deir Ezzor (est) ainsi que dans la région de Jabal al-Zawiya (nord-ouest), théâtre d'une offensive de l'armée depuis mardi, a fait savoir le président de la Ligue syrienne des droits de l'Homme, Abdel-Karim Rihaoui. À Salamié, au sud-est de Hama, environ 10 000 personnes ont manifesté, des cartons rouges à la main, pour symboliser leur volonté de voir le président s'en aller, et scandant «Dégage !» à son intention.

Comme toutes les semaines, les militants pour la démocratie avaient appelé sur Facebook à une nouvelle journée de manifestations vendredi baptisée «Dégage !». À Alep (nord), deuxième ville de Syrie, les forces de l'ordre ont arrêté trois contestataires. De son côté, la télévision officielle a montré des manifestations de soutien au chef de l'État à Alep et à Soueida (sud).

«Le peuple syrien connaît sa voie; il a une vision claire, il n'acceptera pas moins qu'un véritable changement politique. Il sait que le changement signifie la chute du régime et le régime le sait très bien», a déclaré Yassine Haj Saleh, une figure de proue de l'opposition, aux comités de coordination de la Révolution qui chapeautent les manifestants.
1 commentaire
  • Fred A. Reed - Inscrit 2 juillet 2011 13 h 17

    Fred A. Reed

    Ce reportage semble relever plus de l'intoxication que du factuel. On aimerait bien savoir où le président de l'Observatoire syrien des droits de l'homme a puisé le chiffre de 500,000 manifestants à la seule ville de Hama; ville dont la population totale (2009) est de 509,000 personnes, ce qui veut dire que presque la population totale de la ville se trouvait dans la rue.
    Ni Tunis, ni le Caire n'ont eu un tel taux de succès qui frôle le 100 p.c.
    Bien sur, le régime actuel de M. Bachar al-Assad est detestable. Prendre de telles libertés avec la vérité ne fait rien pour aider la cause de ceux qui voudront son départ.