Athènes empêche la flottille de voguer vers Gaza

La Grèce a interdit hier aux bateaux de la «Flottille de la liberté», incluant le Tahrir, une embarcation canadienne, de quitter ses ports pour acheminer de l'aide humanitaire à la Bande de Gaza, en violation du blocus maritime israélien. Les autorités ont intercepté un navire parti sans autorisation avec plusieurs dizaines d'Américains à bord.

Le ministère grec de la Protection civile a déclaré que les garde-côtes avaient reçu pour ordre de prendre «toutes les mesures appropriées» pour empêcher le départ de la flottille, qui mobilise neuf bateaux battant pavillon grec ou d'autres pays et plusieurs centaines de militants.

Il a ajouté qu'une «zone plus étendue de l'est de la Méditerranée serait continuellement surveillée par des moyens électroniques afin de suivre, là où c'est possible, les mouvements des bateaux supposés participer» à l'opération.

Un communiqué de presse originant de Montréal souligne que la garde côtière grecque avait arraisonné le Tahrir et tente d'arrêter Sandra Rush, une citoyenne canadienne de confession juive et membre du comité de pilotage du Bateau canadien pour Gaza, qui refuse de céder les documents d'enregistrement du bateau.

Irene MacInnes, du comité de pilotage du Tahrir, soutient que le gouvernement israélien, avec «l'appui tacite et honteux» du gouvernement Harper, fait tout en son pouvoir pour maintenir le blocus.

Le groupe compte bien maintenir les efforts jusqu'à ce que le blocus soit levé.

«Le monde entier a pu voir à l'oeuvre la campagne intensive pour empêcher le Tahrir et la Flottille de la liberté de partir. Nous sommes victimes d'injustice et de duplicité», a déclaré Mme MacInnes dans le communiqué.

Légalité

Dylan Penner, un autre membre du comité de pilotage, affirme que le Bateau canadien pour Gaza n'a jamais enfreint la moindre loi.

«Nous sommes en tout point en conformité avec le droit. C'est au contraire le blocus de Gaza qui enfreint le droit international. Étant donné l'inaction de la communauté internationale, nous avons l'obligation légale et morale de contester le blocus. C'est pourquoi nous devons continuer nos efforts pour nous rendre à Gaza : pour contester le blocus illégal et immoral ainsi que l'appui que lui donne le gouvernement canadien», a ajouté M. Penner.

Des organisateurs de la Flottille ont déclaré que l'un des bateaux baptisé «Audace de l'espoir», qui transportait plusieurs dizaines d'Américains, avait quitté le port de Perama, près d'Athènes, hier après-midi, mais qu'il avait été intercepté par les garde-côtes grecs à un peu plus de 3 km en mer.

«Nous sommes bloqués. Nous sommes immobilisés», a dit la porte-parole du navire, Jane Hirschmann, à des journalistes dans la capitale.

Un responsable gouvernemental grec ayant requis l'anonymat a déclaré que le navire n'avait pas obtenu l'autorisation de partir et que les garde-côtes lui avaient demandé de faire demi-tour.
2 commentaires
  • lephilosophe - Inscrit 2 juillet 2011 07 h 48

    Sabotage, intimidation politique, diffamation

    Le gouvernement israélien et ses supporteurs ne reculent devant rien. Après le sabotage, après les pressions diplomatiques via les lobbys qui financent les partis politiques, il y a eu durant toute la semaine une vidéo raciste et diffamatoire envers les organisateurs de la Flottille adressée aux communautés gaies et lesbiennes du monde. Intitulée «Be careful who you get in bed with!», un acteur israélien, entrepreneur en relations publiques, s'y fait passer pour être un activiste gai israélien qui aurait été refusé par les organisateurs de la Flottille en raison de son orientation sexuelle! Or, la vidéo s'est avéré être produit par le Ministère des Affaires étrangères.
    En réalité, plusieurs personnalités à bord des navires de la Flottille sont ouvertement gaies et lesbiennes. Mais ce «détail» n'a pas embarassé les autorités du régime d'apartheid pour tenter une autre opération de «Pinkwashing» auquel il nous a peu à peu habitué au cours des deux dernières années (comme lors de la Gay Pride de Toronto l'année dernière où le Bnai'n'Brith a tenté de faire supprimer la subvention de la ville de Toronto).
    Il est certain que l'ensemble des organisations gaies et lesbiennes devra voir à faire cesser ses pratiques. Car le titre de la vidéo est clairement un appel aux homosexuels à ne pas coucher avec des Arabes «car vous pourriez vous retrouver au lit avec le Hamas». Cette instrumentalisation diffamatoire des pratiques homosexuelles doit être dénoncé pour ce qu'elle est: du racisme pur et simple.
    Le mouvement homosexuel s'inscrivant dans l'ensemble des luttes des droits civiques depuis les années soixante, on ne pourra pas laisser faire cela. Les gais ne sauraient se laisser entraîner à des pratiques racistes.

    Bernard Gadoua

  • francois909 - Inscrit 2 juillet 2011 10 h 26

    A condition que.

    Il était une fois un pays en faillite (exemple la Turquie) Big Brother América débarque et éponge ... mais à condition que. L'histoire se répète avec la Grèce qui ne cherche pas ses détourneurs de fonds , mais cette fois accepte apparament l'éponge locale Israelo-américaine... mais à condition que. Ralentir les plaisanciers et le tourisme serait la solution pour épurer le système. La vache est lait est malade, le temps est à la prévention pas à la subvention.