Attentat de Karachi en 2002 - Villepin accrédite la thèse de la corruption

Paris — Dominique de Villepin a renforcé hier les soupçons judiciaires de corruption pesant sur la campagne présidentielle d'Édouard Balladur en 1995, suscitant une vive réaction de l'Élysée. Ce dossier pourrait être lié à l'attentat suicide qui tua en 2002 à Karachi (Pakistan) 15 personnes dont 11 Français qui travaillaient à la construction de sous-marins vendus par la France en 1994.

Dominique de Villepin, secrétaire général de l'Élysée en 1995, a donné du crédit sur TF1 à la piste de la corruption et annoncé qu'il avait demandé à être entendu par le juge d'instruction Renaud Van Ruymbeke. Pour la première fois, l'Élysée a réagi dans un long communiqué qui dénonce des «insinuations» et qualifie de «rumeur malveillante» la piste mettant en cause Édouard Balladur, dont Nicolas Sarkozy fut un des principaux soutiens.