Le Pakistan accuse l'OTAN de violer son espace aérien

Le Pakistan a protesté hier contre une apparente violation de son espace aérien par des hélicoptères de l'OTAN en provenance de l'Afghanistan au cours du week-end.

Le ministère pakistanais des Affaires étrangères a évoqué une violation évidente et inacceptable du mandat confié par les Nations unies à la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) sous commandement de l'OTAN en Afghanistan. «En l'absence de mesures rectificatives immédiates, le Pakistan sera contraint d'examiner ses possibilités de réaction», écrit le ministère dans un communiqué.

Deux hélicoptères Apache de l'OTAN ont tué samedi 30 rebelles sur le territoire pakistanais après les avoir poursuivis à travers la frontière afghane, ont précisé les forces de l'Alliance. Ces rebelles auraient auparavant attaqué un poste militaire afghan dans la province de Khost. Le même jour, deux hélicoptères Kiowa se sont rendus dans cette même zone et ont tué quatre rebelles, a précisé l'ISAF dans un communiqué diffusé dimanche, sans être en mesure de dire si ces appareils avaient eux aussi pénétré dans l'espace aérien pakistanais.

Six autres rebelles ont encore été tués hier dans le district pakistanais de Kurram.

L'ISAF réplique

Dans un communiqué, l'ISAF a assuré dimanche que ses appareils respectaient les règles d'engagement lorsqu'ils entraient au Pakistan. Le ministère pakistanais des Affaires étrangères juge au contraire que le mandat de l'ONU définissant la mission de l'ISAF en Afghanistan s'arrête à la frontière.

L'OTAN a affirmé hier son droit à se défendre, renvoyant Islamabad à ses responsabilités.

«Les troupes de l'ISAF doivent exercer leur droit de se défendre et elles l'exerceront», a déclaré un responsable de l'OTAN.

Selon le même responsable au siège bruxellois de l'Alliance atlantique, «l'ISAF n'a pas réussi à entrer en contact avec l'armée pakistanaise, malgré ses tentatives en ce sens», alors que les combats avaient déjà éclaté.

Une commission tripartite réunissant des militaires de l'Afghanistan et et du Pakistan avec ceux de l'ISAF, avait pourtant été mise en place justement pour éviter de telles affaires et prévenir l'infiltration en Afghanistan de guérilleros islamistes à partir du territoire pakistanais.

***

Avec Reuters
1 commentaire
  • Mario Plourde - Inscrit 28 septembre 2010 01 h 33

    la viande canadienne n'aura servit a rien

    Encore un exemple qu'on aurait dû envahir le Pakistan pour que notre vengeance soit complète. Notre guerre pour tuer les talibans étaient dès le 11 septembre mal faite et vouée à l'échec. Ne pas voir le Pakistan comme la source du mal taliban, ne pas fermer les écoles coranique anti-occident, ne donne aucun sérieux à nos tentatives d'imposer la démocratie. Coloniser les crèves-faims transfrontalier avec nos valeurs était voué à l'échec, même si notre armé et nos soldats ont été payé presque 10 ans là-bas. En bout de ligne, les cadavres des soldats qu'on possède n'aurait pu servir que d'engrais à la culture du pavot (dl'a drug).