L'OTAN lance une offensive autour de Kandahar

Des soldats américains ont évacué hier un des leurs après une attaque près de Kandahar.<br />
Photo: Agence Reuters Erik de Castro Des soldats américains ont évacué hier un des leurs après une attaque près de Kandahar.

Kaboul — Les forces de l'OTAN et l'armée afghane ont lancé une offensive aérienne et terrestre contre des repaires des talibans autour de Kandahar, principale ville du sud de l'Afghanistan.

Baptisée Dragon Strike, cette opération a débuté samedi avec des raids de l'aviation et des mouvements de troupes au sol dans cette région contrôlée par les islamistes, ont indiqué le ministère afghan de la Défense et la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF). L'annonce de cette offensive a été faite d'une manière relativement discrète te contrairement à celle qui avait accompagné l'intervention à Marjah, dans la province voisine du Helmand, en février.

Les dernières semaines ont été marquées par de violents combats dans la région, les troupes de l'ISAF tentant de reprendre l'initiative face aux insurgés. La très faible participation lors des élections législatives du 18 septembre a laissé le sentiment que l'avancée militaire à Marjah représentait un succès en demi-teinte et n'avait pas convaincu les électeurs de se rendre aux urnes.

En lançant Dragon Strike, l'OTAN et les autorités afghanes ont opté pour une approche plus prudente et moins triomphaliste. «Nous concentrons nos efforts sur le dialogue avec les populations, sur une bonne administration et sur des projets de développement. Cela est engagé depuis plusieurs semaines», a expliqué Zahir Azimi, porte-parole du ministère de la Défense.

Le général Josef Blotz, porte-parole de l'OTAN, a précisé dimanche que les soldats de la Force internationale s'attendaient «à de rudes combats» dans les prochains jours. «Les insurgés vont devoir quitter la région ou combattre et être tués. Dans tous les cas, ils seront séparés des Afghans qu'ils ont intimidés depuis trop longtemps», a-t-il dit. Pour l'instant, l'ISAF n'a pas fait mention de victimes.

Barack Obama doit procéder en décembre à un examen de la stratégie militaire en Afghanistan alors que la guerre est de plus en plus impopulaire aux États-Unis. Une prise de contrôle de Kandahar, berceau des talibans, est considérée comme essentielle.