Négociations directes - Abbas réfléchit

Ramallah — Soumis à une pression insistante de la part des États-Unis, Mahmoud Abbas se donne une semaine de réflexion pour décider si les conditions d'une reprise de négociations de paix directes avec Israël sont réunies.

Le président palestinien a annoncé avoir reçu l'assurance de Washington qu'Israël prolongera le moratoire de dix mois sur les activités de peuplement juif en Cisjordanie, s'il acceptait de revenir à la table des négociations. Le moratoire, annoncé en novembre dernier par le premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, s'achève en septembre.

Mais avant de s'engager plus avant dans le processus de paix, Mahmoud Abbas rappelle que plusieurs questions en suspens exigent des réponses. Elles portent notamment sur la présence militaire israélienne dans la vallée du Jourdain ainsi que la sécurité et les frontières du futur État palestinien qu'il souhaite voir garanties par une tierce partie.

«Nous ne sommes pas opposés aux négociations directes», a-t-il déclaré hier, après la publication d'un discours qu'il a prononcé lors d'une réunion à huis clos devant le conseil révolutionnaire du Fatah, mardi.

À voir en vidéo