Des artistes dénoncent l'«apartheid israélien»

Les artistes Fortner Anderson, Malcom Guy et Paul Ahmarani, ainsi que les porte-parole du collectif Tadamon, Sara et Stefan Christoff, ont parlé hier en conférence de presse de la déclaration de solidarité avec la lutte des Palestiniens pour la liberté.
Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Les artistes Fortner Anderson, Malcom Guy et Paul Ahmarani, ainsi que les porte-parole du collectif Tadamon, Sara et Stefan Christoff, ont parlé hier en conférence de presse de la déclaration de solidarité avec la lutte des Palestiniens pour la liberté.

Cinq cents artistes montréalais se mobilisent contre les politiques d'Israël envers la Palestine, politiques qu'ils comparent à l'apartheid sud-africain.

Ils ont signé une lettre ouverte appelant au «boycottage, au désinvestissement et à des sanctions contre l'État d'Israël», joignant leurs voix à une campagne internationale instiguée en 2005 par plus de 170 organismes palestiniens (campagne BDS). Les cinéastes André Turpin, Hugo Latulippe et Anaïs Barbeau-Lavalette, le comédien Paul Ahmarani, l'auteur François Avard et les chanteurs Richard Desjardins et feue Lhasa de Sela comptent parmi les signataires.

«Les Palestiniens subissent un système institutionnalisé de racisme et de ségrégation qui ressemble à l'apartheid sud-africain d'autrefois», fait valoir la lettre, initiative du collectif Tadamon, qui oeuvre pour l'égalité et la justice des diasporas du Moyen-Orient. Israël soumet Gaza «à une pénurie chronique d'électricité, de carburant, de nourriture et d'autres produits de base, tout en poursuivant sa campagne de violences militaires». L'État hébreu sape aussi les «droits inaliénables des réfugiés palestiniens de regagner leurs terres», est-il écrit.

Les signataires invitent ainsi la population à les suivre en refusant notamment de consommer des produits israéliens et de participer à des événements culturels, sportifs ou autres qui font la promotion de l'État israélien.

«C'est une question de principe assez élémentaire que de soutenir une population qui vit une situation épouvantable, et qui empire», a déclaré le comédien Paul

Ahmarani en conférence de presse, hier, pour justifier son geste.

Ce geste s'impose d'autant plus aujourd'hui que «le gouvernement canadien prend de plus en plus une position pro-israélienne», juge le réalisateur Malcolm Guy, faisant référence à la crise qui entoure des organismes tel Kairos, Alternatives et Droits et Démocratie.

Rappelons que le droit au retour des réfugiés palestiniens reste la question la plus épineuse du conflit israélo-palestinien. Le gouvernement israélien souligne le fait que la résolution 194 des Nations unies, sur laquelle s'appuie ce droit au retour, ne mentionne justement pas le mot «droit», mais exprime plutôt un souhait.
61 commentaires
  • André Loiseau - Inscrit 26 février 2010 07 h 58

    Appui

    En tous cas, les artistes, vous avez mon entier appui! Votre cause généreuse mérite mieux que les nuisances gouvernementales actuelles qui ne sont inspirées que par le carriérisme le plus bas, s'il en était un.

  • Daniel Castonguay - Inscrit 26 février 2010 08 h 45

    Félicitations

    Il était temps que des artistes d’ici manifestent clairement leur appui à la cause palestinienne.

    Les artistes et les intellectuels ont un rôle à jouer, ils ne doivent pas avoir peur d’exprimer ouvertement leurs critiques envers le régime d’apartheid existant en Cisjordanie et dans la prison à ciel ouvert de Gaza.

    Le boycottage des produits israéliens est l’appui le plus concret que l’on puisse donner au peuple palestinien. Après avoir été abandonné par l’administration Obama, après le silence gênant des gouvernements occidentaux, les palestiniens misent leurs espoirs sur la société civile internationale pour dénoncer l’occupation militaire israélienne et le vol des territoires palestiniens.

    Ce drame humain basé sur l’injustice et l’humiliation au quotidien a déjà trop duré.

    Daniel Castonguay

  • Dror WARSCHAWSKI - Inscrit 26 février 2010 09 h 07

    Droit au retour

    Le gouvernement israélien peut souligner ce qu'il veut mais les journalistes et les lecteurs du Devoir peuvent vérifier que la résolution 194 mentionne explicitement que l'Assemblée générale "Décide qu’il y a lieu de permettre aux réfugiés qui le désirent, de rentrer dans leurs foyers le plus tôt possible et de vivre en paix avec leurs voisins, et que des indemnités doivent être payées à titre de compensation pour les biens de ceux qui décident de ne pas rentrer dans leurs foyers et pour tout bien perdu ou endommagé lorsque, en vertu des principes du droit international ou en équité, cette perte ou ce dommage doit être réparé par les Gouvernements ou autorités responsables"

    Et qu'elle: "Donne pour instructions à la Commission de conciliation de faciliter le rapatriement, la réinstallation et le relèvement économique et social des réfugiés, ainsi que le paiement des indemnités, et de se tenir en liaison étroite avec le Directeur de l’Aide des Nations unies aux réfugiés de Palestine, et, par l’intermédiaire de celui-ci, avec les organes et institutions appropriés de l’Organisation des Nations unies"

    Les artistes montréalais montrent la voie: bravo!

    Dror

  • Ezra - Inscrit 26 février 2010 09 h 11

    Et le million de refugies juifs expulses des pays arabes...

    ...ils s'en foutent ?

  • SusanK - Inscrit 26 février 2010 09 h 25

    QUAND L'IGNORANCE TUE

    Quelle tristesse de lire qu'autant d'organismes et d'artistes se sont fait prendre au piège de la propagande palestinienne. Les pays entourant la Palestine ne veulent pas des palestiniens. On doit se demander pourquoi.

    Tout comme ces groupes, moi aussi j'étais pro-palestinienne avant d'apprendre la vérité. Le Hamas projette deux types d'images de leur communauté et conditions de vie. Une image pour les occidentaux que nous connaissons bien: la destruction, le manque de nourriture...

    Par contre, l'image utilisée pour attirer le tourisme chez les musulmans est tout autre dont voici quelques liens. Régalez-vous et réfléchissez, s.v.p.

    http://mideasttruth.com/forum/viewtopic.php?t=9526

    http://www.bivouac-id.com/2009/06/16/attention-pho

    http://www.jewlicious.com/2009/01/scenes-from-the-

    N'OUBLIONS PAS NON PLUS ce que le Hamas enseigne aux jeunes palestiniens à l'école i.e. comment devenir une bombe suicidaire. Même leur émission Sesame Street prône la violence et la beauté des attentats. Le but des mères palestiniennes en général est de mettre au monde le plus d'enfants possible pour les faire sauter et il n'y a rien de plus honorable que d'avoir des enfants martyr.

    C'est quand la dernière fois que vous avez vu des enfants ou adultes palestiniens réduits aux os par inanition? Jamais.

    Réveillez-vous!