Afghanistan - Karzaï réforme la Commission des plaintes électorales

Kaboul — Le président afghan Hamid Karzaï a approuvé un amendement à la loi électorale qui prévoit le départ des observateurs étrangers de la Commission des plaintes électorales (ECC), a annoncé hier son bureau.

Cette décision pourrait valoir à Karzaï de s'aliéner les donateurs occidentaux qui ont prévenu qu'ils ne financeraient pas les élections législatives du 18 septembre sans réforme du système électoral.

L'élection présidentielle de 2009 avait fait l'objet de fraudes massives. Les cinq membres de la Commission des plaintes électorales, dont trois étaient jusque-là désignés par les Nations unies, avaient invalidé un tiers des bulletins de vote en sa faveur.

«Le gouvernement afghan souhaitait depuis longtemps 'afghaniser' le processus électoral. Il y a dix jours, le cabinet a ratifié l'amendement et le président a donné son approbation», a indiqué un porte-parole de Karzaï, Siamak Herawi.

Le Parlement ne peut pas faire annuler la loi, Karzaï ayant signé son entrée en vigueur quand les députés étaient en vacances, a-t-il ajouté.

Karzaï avait été déclaré vainqueur de l'élection présidentielle après le retrait de son rival avant le deuxième tour. Il a reconnu une partie des fraudes de l'an dernier, mais a indiqué que l'ampleur de la fraude avait été exagérée par les médias occidentaux.

«Il est vital que le gouvernement afghan tire les leçons des élections de 2009 et qu'il travaille avec la communauté internationale pour préparer les élections législatives de 2010», a réagi un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères, qui a requis l'anonymat.