L'UE condamne vivement l'affaire de Dubaï

Bruxelles — L'UE a vivement condamné hier dans une déclaration appuyée par l'ensemble de ses États membres l'assassinat d'un activiste palestinien à Dubaï et l'emploi de faux passeports par les suspects.

Le communiqué ne cite pas nommément l'Etat d'Israël, mais exprime la désapprobation des États membres de l'UE au sujet de la mort de Mahmoud al Mabhouh, tué le mois dernier à Dubaï par un groupe de personnes utilisant de faux passeports européens et qui, selon les autorités de Dubaï, travaillaient pour Israël.

«L'assassinat de Mahmoud al Mabhouh à Dubaï le 20 janvier soulève des questions qui inquiètent profondément l'Union européenne. Cette action ne peut pas contribuer à la paix et à la stabilité au Moyen-Orient», peut-on lire dans la déclaration.

«L'UE condamne vivement le fait que ceux qui sont impliqués dans cette action ont utilisé des passeports frauduleux d'États membres de l'UE et des cartes de crédit acquises via l'usurpation d'identité de citoyens de l'UE», est-il encore indiqué dans ce texte d'une demi-page.

La déclaration, approuvée lors de la réunion mensuelle des ministres des Affaires étrangères des Vingt-Sept, a été rédigée par la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne et l'Irlande, les quatre pays dont des passeports ont été falsifiés.

Le texte se félicite par ailleurs de l'enquête engagée par les autorités de Dubaï et appelle tous les pays à y apporter leur soutien. Il précise aussi que ces quatre pays mènent leur propre enquête.

Hier matin, le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos, dont le pays occupe la présidence tournante de l'Union européenne, avait déclaré que l'utilisation de faux passeports était un sujet de préoccupation pour l'ensemble des Vingt-Sept.

Israël est resté très discret dans cette affaire, refusant de confirmer ou de démentir l'implication présumée du Mossad dans la mort du dirigeant palestinien ou les accusations selon lesquelles les passeports auraient été falsifiés. La police des Émirats est convaincue que des agents des services secrets israéliens sont responsables de la mort de Mabhouh.