Irak - D'anciens détenus sunnites rejoignent al-Qaïda

Ramadi — De nombreux anciens activistes sunnites irakiens libérés par les forces américaines sont exécutés par vengeance, d'autres rejoignent la guérilla d'Al Qaïda.

Leur sort contribue à faire douter que les élections législatives du 7 mars contribueront à réintégrer la minorité sunnite dans le processus politique.

Dans la vaste province désertique de l'Anbar, des familles racontent avoir versé des milliers de dollars de «dettes de sang» pour que leurs proches ne soient pas exécutés à leur libération. Lorsque l'argent fait défaut, les personnes libérées souvent disparaissent. L'Anbar, fief de la minorité sunnite, a longtemps été un des bastions d'al-Qaïda.

Selon Bagdad, plusieurs des détenus libérés sont responsables d'attentats suicide dévastateurs commis à Bagdad depuis un peu plus de six mois.