Afghanistan - Offensive majeure lancée contre les talibans

Plusieurs milliers de soldats des forces internationales, américaines et afghanes principalement, ont lancé dans la nuit d'hier à aujourd'hui une vaste offensive, attendue de longue date, contre la plus grande ville tenue par les talibans dans le sud du pays.

Cette offensive dans la région de Marjah, l'une des principales zones de production d'opium de la province de Helmand, est l'une des plus grandes opérations depuis le début de la guerre, selon le New York Times. Elle constitue la première phase d'une opération majeure pour rétablir le contrôle du gouvernement afghan dans la région.

Selon les forces américaines, l'opération Mushtarak («ensemble» en dari) doit être la plus importante conduite contre les forces talibanes depuis que le président américain Barack Obama a annoncé une nouvelle stratégie des troupes américaines en Afghanistan, et l'une des offensives majeures depuis 2001.

Alors que les marines et les soldats afghans marchaient vers Marjah, plusieurs centaines d'autres se dirigeaient vers la ville en hélicoptère. Ils n'ont jusqu'ici rencontré aucune résistance, rapporte le New York Times, mais l'essentiel de la bataille devrait se dérouler dans la ville dans les heures à venir. Selon un article publié sur le site de CNN avant le début de l'offensive, environ 15 000 soldats américains, britanniques, afghans et canadiens sont censés participer à l'opération.

Si cette vaste opération contre les talibans n'est pas la première depuis huit ans, cette mission se distingue des précédentes par le rôle majeur qu'y tient l'armée afghane, explique le Washington Post. Chaque compagnie américaine est en effet associée à une compagnie afghane, et l'offensive est dirigée de façon conjointe par un responsable des deux armées.

Des responsables de l'armée américaine disent s'attendre à affronter entre 400 et 1000 insurgés dans cette ville de 80 000 habitants. Plus d'un millier d'habitants ont quitté la localité avant le début de l'offensive pour se mettre à l'abri. Ces derniers jours cependant, des insurgés entrés dans la ville ont empêché de nombreuses autres personnes de s'enfuir. Des hélicoptères de l'OTAN ont lancé des tracts sur la ville et la zone environnante, où résident un total d'environ

125 000 personnes, pour prévenir la population de rester chez elle une fois l'offen-sive lancée.

***

Avec Associated Press et l'Agence France-Presse