Les États-Unis renforcent leurs sanctions contre l'Iran

Washington — Les États-Unis ont annoncé hier le renforcement de leurs sanctions contre l'Iran, visant en particulier des entreprises liées aux Gardiens de la révolution, l'armée idéologique du régime islamique.

Le département du Trésor a indiqué dans un communiqué avoir «pris des mesures supplémentaires pour appliquer les sanctions américaines contre les Gardiens de la révolution iraniens, en désignant une personne et quatre entreprises liées» à ce corps et dont les avoirs seront gelés.

Cette annonce, en application d'un décret datant de 2007, intervient au lendemain d'une déclaration du président Barack Obama, qui a affirmé que la communauté internationale effectuait des progrès «assez rapides» vers l'imposition de nouvelles sanctions contre l'Iran pour son programme nucléaire.

Selon le Trésor, l'individu visé par le renforcement des sanctions «gelant les avoirs de ceux qui font proliférer les armes de destruction massive et leurs soutiens» est le général des Gardiens de la révolution, Rostam Qasemi.

L'administration américaine affirme que cet officier est le dirigeant d'une société s'apparentant à l'unité du génie des Gardiens de la révolution, Khatam al-Anbiya, qui permet à ce corps de «générer des revenus et de financer ses opérations».

Les Gardiens, selon Washington, «possèdent ou contrôlent Khatam al-Anbiya, qui construit des rues, des routes, des tunnels, des systèmes d'adduction d'eau, des projets agricoles et des oléoducs». Quatre entreprises censées être liées à Khatam al-Anbiya sont également ciblées par le Trésor.

«Alors que les Gardiens de la révolution renforcent leur contrôle sur d'importants secteurs de l'économie iranienne, en délogeant des hommes d'affaires iraniens en faveur d'un groupe trié sur le volet, ils se cachent derrière des entités comme Khatam al-Anbiya et ses filiales pour conserver un lien vital avec le monde extérieur», a assuré Stuart Levey, sous-secrétaire au Trésor chargé du terrorisme et du renseignement financier.

«La mesure aujourd'hui qui démasque les filiales de Khatam al-Anbiya va aider les entreprises dans le monde entier à éviter [des partenariats] d'affaires qui bénéficieraient en définitive aux Gardiens de la révolution et à leurs activités dangereuses», a-t-il ajouté.