La coalition perd la guerre en Afghanistan, selon une étude

Une nouvelle analyse conclut que les forces internationales ont perdu la plus grande partie de l’Afghanistan, même si elles ont gagné la plupart des combats contre les insurgés.
Selon l’étude du Center for Strategic and International Studies, un organisme américain non partisan, l’effort des États-Unis et de leurs alliés est insuffisant.

«Les États-Unis n’ont pas réussi à se concentrer sur les besoins et sur la sécurité du peuple afghan», lit-on dans le rapport publié cette semaine. «Ils n’ont pas réussi non plus à allouer les ressources nécessaires à la guerre et à fournir un leadership efficace.»

Largement basée sur des données de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et du Pentagone, l’analyse soutient que le gouvernement afghan et l’aide internationale n’ont même pas réussi à répondre aux besoins essentiels des Afghans. L’étude conclut aussi que les forces afghanes ont été traitées comme des «adjoints» plutôt que comme de véritables partenaires de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS).

Résultat: les États-Unis et leurs alliés ont remporté des batailles tactiques essentiellement sans importance, pendant qu’ils laissaient graduellement échapper le pays et ses habitants.

Selon le rapport, la coalition a choisi un modèle de combat qui cause beaucoup de morts chez les civils et de dommages collatéraux. Cette stratégie aurait ainsi joué un rôle dans l’effritement constant du soutien afghan.

Alors que les dernières données fournies par les Nations unies montrent une diminution des décès civils provoqués par les forces internationales, celles-ci étaient tout de même responsables de 20 % des morts civiles durant les 10 premiers mois de 2009. Dans l’ensemble, le nombre de victimes civiles a augmenté de près de 11 % entre janvier et octobre, comparativement à la même période en 2008.

Citant des données d’enquête, les analystes indiquent que les Afghans ont le sentiment que la coalition les expose à la violence des insurgés.

L’étude laisse entendre que le président américain, Barack Obama, et les hauts dirigeants militaires des États-Unis avaient reconnu que leur approche comportait des lacunes et commencé à rectifier le tir.

Toutefois, elle juge que «le gouvernement afghan, l’OTAN et la FIAS ont perdu le contrôle dans la plupart des régions du pays, et que les talibans et les insurgés ont poussé la guerre jusqu’à un point critique».

Au sud de l’Afghanistan, notamment dans la zone où l’armée canadienne est active, le conflit a doublé d’intensité entre 2008 et 2009.

«Les succès des talibans sont principalement attribuables à une négligence sur le plan stratégique, qui a créé un certain vide politique dans la plus grande partie du pays», conclut l’analyse.

Ce rapport fait écho à l’analyse plutôt sombre de la situation en Afghanistan présentée cette semaine devant le Conseil de sécurité des Nations unies par le secrétaire général, Ban Ki-moon. Dans sa déclaration, M. Ban a soutenu qu’il n’y avait aucun signe indiquant que la sécurité en sol afghan s’améliorerait bientôt.

Il a aussi affirmé que les élections frauduleuses du mois d’août et les attentats suicides des talibans avaient contribué à l’instabilité du pays.

 
2 commentaires
  • Geoffroi - Inscrit 5 janvier 2010 21 h 58

    L'ONU à quoi ça sert maintenant !!!

    L'ONU a déjà été davantage une organisation de paix que de guerre il me semble.(Chypre, conflits israelo-palestinien, Soudan,..). Il y a dérapages depuis plusieurs années (Kosovo, Afghanistan...).

    L'ONU est au service de qui au juste ???. Elle a été tassée par les gros pieds des puissants. Tristes spectacles de massacres vite oubliés. Vive la mort.

  • jpz - Abonné 6 janvier 2010 12 h 09

    L'afghanistan est encore à l'époque féodale médiévale

    Ils ont 1 siècle de rattrapage à faire
    ça prendra plus de temps et de G$ sans trop de résultats concrets...

    L'occident devrait juste se concentrer à instruire les Afghans hors leurs frontières pour ensuite les remettre en poste décisionnel dans leur pays et tenter de surveiller le respect des droits et de l'égalité des humains. S'organiser pour la disparition des seigneurs de guerre en faisant disparaître l'opium et les revenus qui permettent d'engager des mercenaires et insurgés. En subventionnant, la culture du soja des céréales au prix du pavot pour assurer les revenus des paysants agriculteurs.

    Quand le peuple sera prêt à l'évolution, la pression populaire fera prendre le contrôle et les talibans devront disparaître.