Moratoire sur les constructions en Cisjordanie - Israël pourrait employer les grands moyens

Jérusalem — Le gouvernement israélien envisage d'employer les grands moyens pour faire respecter le gel des nouvelles constructions dans les implantations juives de Cisjordanie. L'armée pourrait ainsi avoir recours aux forces spéciales, à des drones et aux équipements de brouillage des télécommunications, d'après des responsables militaires israéliens.

Des responsables des colons furieux ont promis de continuer à résister à ce moratoire annoncé le mois dernier par le premier ministre Benyamin Nétanyahou ce qui leur a valu une mise en garde du ministre de la Défense Ehoud Barak.

D'après une note de Tsahal transmise aux médias israéliens et dont le contenu a été confirmé hier à l'Associated Press, le plan de l'armée prévoit le déploiement de drones pour photographier les constructions illégales. Des périmètres de protection militaire seraient créés pour tenir à l'écart les manifestants et les journalistes lors des démolitions de bâtiments illégaux. Le document précise aussi que diverses unités de l'armée pourraient être mises à contribution, dont les forces spéciales, la police militaire et même les spécialistes des télécommunications pour brouiller les ondes des portables des colons.

Ce plan a été élaboré par le commandement central de l'armée israélienne et la fuite vient probablement de sympathisants des colons au sein de l'armée, selon des sources militaires israéliennes. Ces sources ont confirmé le plan à l'Associated Press, même si Tsahal a ensuite précisé qu'il ne s'agissait que d'une «première ébauche» pour une action potentielle.

«Tout ce qui est demandé aux colons et leurs chefs c'est d'appliquer la décision du gouvernement sur le gel des nouvelles constructions en Cisjordanie pour cette période définie et cela empêchera l'usage de la force et les frictions avec les forces armées», a expliqué Ehoud Barak lors d'une réunion politique.


Sentiment de trahison

Mais les responsables des colons disaient se sentir trahis par Benyamin Nétanyahou, jusqu'ici leur vieil allié. «Utiliser les forces spéciales, brouiller les portables et interdire les journalistes d'accès à la zone, c'est ce que vous faites quand vous combattez un ennemi», a dénoncé l'un de leurs chefs Dani Dayan sur la radio de l'armée israélienne. «Nous protégerons les maisons avec nos corps s'ils viennent les détruire», a averti Arieh Eldad, un député de l'Union nationale, parti ultra-nationaliste, sur la radio israélienne.

Benyamin Nétanyahou a décidé ce gel des nouvelles constructions en Cisjordanie le mois dernier pour tenter de relancer les pourparlers de paix avec les Palestiniens. Mais l'Autorité palestinienne, qui réclame un gel total, a rejeté cette mesure, car elle ne concerne pas Jérusalem-Est et autorise la poursuite des constructions de quelque 3000 logements déjà en chantier en Cisjordanie.

Les colons de leur côté se sont vivement opposés au moratoire, des manifestants tentant régulièrement de bloquer les inspecteurs et les forces de sécurité venus vérifier son application. Des accrochages réguliers et de plus en plus violents ont eu lieu. Il y a une semaine, une policière a reçu des coups de colons opposés au moratoire.