Conférence sur l'Afghanistan - L'Iran vole la vedette à La Haye

C’est la secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, qui a donné le ton, hier, à La Haye.
Photo: Agence Reuters C’est la secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, qui a donné le ton, hier, à La Haye.

La Haye — Plus de 700 délégués de 72 pays et huit organisations internationales se sont retrouvés hier dans une conférence exceptionnelle à La Haye, aux Pays-Bas, pour concerter leurs efforts afin d'aider l'Afghanistan. Mais c'est l'Iran qui a volé la vedette puisque pour la première fois depuis depuis des lustres, un de ses ministres était assis à la même table qu'un secrétaire d'État américain.

Accueillant exceptionnellement l'Iran, mais aussi le Pakistan, la Russie et la Chine, la conférence a permis de confirmer l'accueil favorable que reçoit à travers le monde la nouvelle stratégie américaine annoncée la semaine dernière par Barack Obama et destinée à impliquer les pays de la région.

Même si l'Iran s'est opposé comme on s'y attendait à l'envoi de 17 000 soldats américains supplémentaires en Afghanistan, cela n'a pas empêché la diplomatie américaine de tenter à La Haye quelques approches audacieuses en direction de cet ancien membre de «l'axe du mal». Fait exceptionnel, en marge de la conférence, l'émissaire américain en Afghanistan, Richard Holbrooke, a rencontré brièvement le vice-ministre des Affaires étrangères, Mohammad Mehdi Akhoundzadeh. L'entretien a été qualifié de cordial. Une lettre a aussi été remise en main propre aux représentants iraniens sollicitant l'aide du gouvernement pour permettre le retour de trois citoyens américains retenus en Iran (Robert Levinson, Roxana Saberi et Esha Momeni). Ce geste est interprété par la plupart des observateurs comme une main tendue à Téhéran afin de lui permettre de faire elle aussi un pas vers la réconciliation. Hillary Clinton a vu dans ces deux initiatives le «signe positif d'une coopération future».

Coprésidée par le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, la conférence a été qualifiée par le représentant spécial de l'ONU, Kai Eide, de «solide manifestation politique» permettant d'amorcer un processus de «réconciliation nationale». L'autre coprésident, le ministre des Affaires étrangères néerlandais, Maxime Verhagen, y a vu quant à lui une façon pour la communauté internationale de «redonner du souffle à son engagement».

Nouvelle stratégie américaine

Tout au long de la rencontre, c'est la nouvelle secrétaire d'État américaine qui a donné le ton. Hillary Clinton, qui avait elle-même proposé cette conférence, a rappelé qu'elle était le reflet de la nouvelle stratégie de Barack Obama, fondée sur la collaboration et la consultation. Dans l'avion qui la conduisait à La Haye, la secrétaire d'État n'a pas hésité à annoncer la mise au rancard de la formule de la «guerre contre le terrorisme» née après le 11 septembre 2001. «L'administration a cessé d'utiliser cette formule et je pense que c'est significatif», a-t-elle déclaré.

En ouverture, elle a lancé un appel à aider l'Afghanistan à se donner d'ici 2011 une armée de 134 000 soldats et une force policière de 82 000 hommes. Il faut, dit-elle, «offrir une forme honorable de réconciliation et de réintégration» aux combattants prêts à abandonner la violence. Hillary Clinton a mis l'accent sur le développement de l'agriculture, la lutte contre «le cancer de la corruption» et la tenue en août d'élections «ouvertes, libres et équitables». Les États-Unis ont d'ailleurs annoncé qu'ils fourniront 40 millions de dollars pour aider à la tenue du scrutin. «La lutte du Pakistan contre l'extrémisme est une partie intégrante de notre combat en Afghanistan», a conclu Hillary Clinton.

Sans mentionner les États-Unis, le vice-ministre des Affaires étrangères iranien a offert la collaboration de son pays pour lutter contre le trafic de drogues. Mohammad Mehdi Akhoundzadeh a souhaité que les sommes qui servent aujourd'hui à l'intervention américaine soient dirigées vers la formation de militaires et de policiers afin d'«afghaniser» le conflit. Il a enfin rappelé que l'Iran avait accueilli trois millions de réfugiés afghans et qu'il a un intérêt évident à sécuriser la région.

Saluant la nouvelle stratégie intégrée de Barack Obama, le président afghan, Hamid Karzaï, s'est déclaré ouvert au dialogue avec toutes les forces d'opposition qui n'ont pas de liens avec Al-Qaïda et qui sont prêtes à accepter la nouvelle constitution du pays.

De son côté, le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a salué la «nouvelle écoute» et la «nouvelle stratégie» américaine. Opposé à l'envoi de nouveaux soldats français, Paris a néanmoins accepté de faire passer son aide de 15 à 60 millions de dollars. «Nous avons quelques mois devant nous pour réussir», a dit Bernard Kouchner. La France prend aussi l'initiative d'envoyer des tuteurs en gendarmerie (on parle de 150 gendarmes). Elle devrait possiblement être suivie par d'autres pays européens. La Commission européenne a de plus annoncé une aide supplémentaire de 90 millions de dollars, portant ainsi sa contribution totale à plus de 1 milliard entre 2007 et 2010.

Rapprochement souhaitable

Le Canada devrait lui aussi doubler le nombre de ses conseillers en matière de police. Le ministre canadien des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, voit d'un bon oeil le rapprochement qui vient de s'opérer entre l'Iran et les États-Unis. «Tout commence par des petits pas», dit-il. À huis clos, il a échangé quelques mots avec le représentant iranien. «Le Canada accueille favorablement la présence de l'Iran et du Pakistan pour amener [sic] la stabilité régionale.»

Comme pour souligner l'importance d'une stratégie intégrée dans la région, hier, le chef des talibans pakistanais a revendiqué un attentat commis lundi contre une école de police. Le geste était en représailles à des frappes de drones américains sur les zones tribales situées à la frontière de l'Afghanistan et du Pakistan.

«C'est déjà un succès que 72 pays soient ici et qu'ils n'aient pas abandonné la partie après sept ans, nous a confié un fonctionnaire canadien sous le sceau de l'anonymat. Mais, dit-il, il y aura probablement encore des militaires étrangers en Afghanistan dans dix ans.»

Correspondant du Devoir à Paris
11 commentaires
  • Dauphin_fou - Abonné 1 avril 2009 03 h 36

    Démarche globale

    J'ai peine à croire qu'une seule et même personne puisse incarner le renouveau de l'occident.

    Pas que les idées de B. Obama soient moins bonnes qu'un autre politicien de qualité, au contraire! Elles sont le signe de la revitalisation d'une société capable (encore!) du meilleur et du pire.

    Les malfaisants ne sont plu les mêmes, ils ont échangé leurs actions depuis!

    Toutefois, je m'inquiète! Comment peut-on le laisser agir sans encombre? Le 9-11 a révélé qu'on ne pouvait être contre l'idéologie économique du moment. Aurais-je été plus courageux qu'un sénateur américain? Je ne crois pas... On a tout simplement éliminé ceux qui gênaient à un idéalisme économique du moment.

    Maintenant, on parle de changer d'approche au Moyen-Orient en incluant l'Iran, et, même plus, d'être proactif face à la consommation globale sur la planète. Un électrochoc !

    Je ne peux donc qu'applaudir face à autant d'audace. Mais il reste que je m'inquiète pour celui qui incarne ce renouveau. Même si plusieurs préfèrent se taire, j'en parlerai : j'espère qu'il ne sera pas ce nouveau JFK prônant un « whole new hope for a whole new world »

    Et si ça commençait par soi?

    Je suis militaire et je crois que l'éducation à l'autre est la meilleure solution pour soutenir la paix dans le Monde. Qu'en pensez-vous? Mieux se connaître pour mieux connaître l'autre!? Un avenir altruiste qui commence par soi!

    Marc

  • Marc Gendron - Abonné 1 avril 2009 05 h 22

    Le Taliban nouveau

    Mme Clinton parle d'«offrir une forme honorable de réconciliation et de réintégration» aux combattants prêts à abandonner la violence. Sauf que le Taliban modéré, ou mieux encore, le Taliban repenti est une fiction, une aberration en train de s'écrire dans l'histoire tourmentée de l'Afghanistan. Il ne s'agit pas ici de rebelles qui se seraient eux-mêmes déclarés en dissidence ou en rupture avec l'idéologie islamiste proche d'Al Qaida, au pouvoir dans les années 90 jusqu'à l'invasion de l'Otan. Il s'agit tout au plus d'un voeu pieux de la nouvelle administration américaine et de ses alliés de voir surgir des «interlocuteurs valables», comme disent les politologues, c'est-à-dire des Talibans qui n'auraient pas frayé avec Ben Laden ou prêts à s'en distancer. Aussi bien dire la perle rare...

    Autrement dit, on reconnaît être incapables de les vaincre sur le champ de bataille, mais on leur demande de se rendre tout de même. Sauf que la rédition n'est pas dans les gênes des Afghans en général ni des Talibans en particulier. Le temps joue pour eux . Ils n'ont d'ailleurs jamais déposé les armes et infligent des pertes de plus en plus lourdes à leurs ennemis, mois après mois.

    Des Talibans modérés donc. Mais qui? Dans le pays pachtoune un taliban c'est un étudiant d'une école coranique. Un islamiste pur et dur, un «genre de curé» à prendre avec des pincettes. Qu'on se souvienne des statues colossales de Bamyan défigurées à coups de canon. On peut douter que des fanatiques qui font sauter les écoles de filles seront nombreux à se convertir aux valeurs de l'occident chrétien. Il doit s'en trouver très peu parmi les hommes du mollah Omar.

    Et qui protégerait la vie des Afghans, Talibans ou pas, qui prendraient la main tendue par les occidentaux? Certainement pas la police afghane, incompétente parce que mal formée, corrompue, mal armée, pas fiable une miette, elle-même la cible préférée des Talibans, bien avant l'armée afghane ou les soldats alliées, autrement plus coriaces. Et c'est justement sur cette caricature de police que les alliés comptent pour assurer une partie de la relève dans moins de deux ans.

    L'enthousiasme du président Karzai sème plus de doutes qu'il inspire confiance. Son gouvernement est corrompu et l'homme des Américains à Kaboul est rejeté par une bonne partie du pays. On ne lui a pas encore trouvé une réalisation digne de ce nom durant tout son premier mandat qui se termine cet été. Il ne règne, à proprement parler, que dans la capitale. Et encore. C'est une marionnette. Appelons un chat un chat.

    Aujourd'hui même une dépêche de la Presse canadienne nous apprend que l 'administration du président Hamid Karzaï aurait approuvé une loi familiale distincte pour la minorité chiite du pays. Selon divers comptes rendus, en vertu de cette loi, il deviendrait illégal pour une femme chiite de refuser des rapports sexuels à son mari, de quitter la maison sans sa permission, ou d'avoir la garde d'enfants.

    Le nouveau discours politique de l'Occident en Afghanistan commence déjà à sentir la langue de bois, la formule creuse, le leitmotiv commode. Espérons que le dialogue avec l'Iran s'entamera sur des bases plus réalistes et moins de pensée magique. Sinon, les Ayatollahs qui règnent à Téhéran depuis 30 ans pourraient sonner un pénible réveil à des interlocuteurs occidentaux trop sûrs de leur fait ou qui auraient simplement mal compris la nature de l'adversaire.

  • Pierre Girard - Inscrit 1 avril 2009 08 h 01

    IMBÉCILE guerre en Afghanistan en représaille aux FAUSSES attaques du 11 septembre 2001

    Lisez ceci L E N T E M E N T !

    Le 11 septembre 2001 est une arnaque PLANIFIÉE. On se fait tous fourrer à fond la caisse. Les É-U se sont attaqué eux-même pour faire cette guerre et celle en Iraq sans ennemis réels.

    On est tous complice en faisant cette guerre.

    Regardez au moins les films et documents sur le 11 septembre.

    911 Mysteries - sous-titres français
    TOP FILM sur le 11 septembre - Les 3 tours du WTC ont-elles été PULVÉRISÉES par des explosifs de l'intérieur?

    500 ingénieurs & architectes américains s'interrogent sur les vraies raisons de l'effondrement des 3 tours du WTC

    WTC : analyse technique de la chute des 3 tours, Richard Gage (architecte top niveau) à Paris le 13 novembre

    World Trade Center - Analyse technique de la chute des 3 tours - Conférence-débat avec Richard Gage - Architecte américain membre de l'AIA

    Le député japonais Yukihisa Fujita remets en question les événements du 9,11 en session parlementaire.

    Aaron Russo sur le 11 septembre, le CFR et Rockefeller (sous-titres français) -- Témoignage de Aaron Russo, producteur et réalisateur de films à Hollywood, sur ce qu'il a appris de la bouche de Nick Rockefeller, au sujet du 11 septembre 2001, de la guerre contre le terrorisme, du CFR etc...

    ZÉRO (film) - Enquête sur le 11 Septembre du député européen Giulietto Chiesa,

    + de 250 Professeurs & Universitaires. Des professeurs d'université, des physiciens, des historiens, des philosophes, des politologues, des juristes, des économistes, des mathématiciens, des chimistes, des architectes, des ingénieurs, des officiers supérieurs de l'armée, des agents du renseignement, des parlementaires, des pilotes, des professionnels de l'aviation, des pompiers témoins directs, des survivants, des proches des victimes, des journalistes, des cinéastes, des écrivains, ...

    6 fichiers PDF de 50 à 80 pages (total : 375 pages)

    Près de 500 Architectes & Ingénieurs
    + de 100 Hauts fonctionnaires & Politiciens
    + de 100 Pilotes & Professionnels d'aviation
    + de 200 Survivants & Proches des victimes
    + de 100 Professionnels des médias et divertissement

    Il faudrait cesser d'être les pions de ceux qui mènent ce jeu, leur jeu de guerre pour s'enrichir à outrance et dominer ce monde et nous asservir toujours plus de jour en jour.

    pierre girard - info.11septembre.org

  • Antoine Marc - Inscrit 1 avril 2009 08 h 14

    Exagéré non?

    Après avoir été contre l'Iran et les autres pays dits de "l'axe du mal", les journalisyes désormais plongent dans la mode de dire qu'il faut du dialogue et que ce "Rapprochement souhaitable" est bienvenu . Quel opportunisme...

  • André Michaud - Inscrit 1 avril 2009 08 h 38

    Pakistan plus qu' Iran

    C'est bien que l'Iran se joigne à la communauté internationale pour tenter d'éliminer les camps terroristes talibans alliés à Al Quaida. Mais les talibans ne se cachent pas en Iran ou ils ne sont pas bienvenus..

    La solution est plustôt au Pakistan, là ou les terroristes ont leurs bases opérationelles.Mme.Butho voulait bombarder certains camps terroristes c'est pourquoi les talibans l'on assassinée d'ailleurs.

    Il faut une volonté internationale et une participation active du plus de pays possible pour renforcir la police et l'armée afghane tout en détruisant les bases terroristes au Pakistan.Ouvrir la porte aux talibans qui renoncent à la violence peut aussi contribuer à les diviser.. Sécuriser cette région c'est travailler pour la paix mondiale.