Proche-Orient - Mitchell veut renforcer le cessez-le-feu

Jérusalem — George Mitchell, émissaire de Barack Obama au Proche-Orient, a estimé hier d'une importance cruciale de consolider la trêve intervenue il y a 11 jours à Gaza entre Israël et le Hamas, mais mise à rude épreuve ces dernières 24 heures.

Quelques heures avant son arrivée à Jérusalem, l'aviation israélienne a bombardé des tunnels passant sous la frontière égypto-gazaouie, en riposte à la mort d'un soldat la veille dans l'explosion d'une bombe du côté israélien de la clôture isolant le territoire palestinien .

Le premier ministre israélien, Ehud Olmert, que George Mitchell a rencontré dès son arrivée à Jérusalem, a prévenu qu'il ne s'agissait que d'une première riposte et annoncé des représailles plus sévères à l'attentat, revendiqué par un groupe islamiste peu connu, Taouid wa Djihad.

Avant de rejoindre Israël, George Mitchell avait été reçu au Caire par le président Hosni Moubarak, dont il a dit soutenir les efforts pour que le cessez-le-feu, intervenu le 18 janvier, soit «étendu et consolidé».

Après sa rencontre avec Éhoud Olmert, il a précisé qu'une trêve à long terme devait prévoir l'arrêt des infiltrations d'armes à Gaza ainsi que la réouverture des points de passage frontaliers du territoire, comme prévu par un accord datant de 2005. «Les États-Unis sont résolus à rechercher énergiquement une paix durable et la stabilité dans la région», a déclaré l'ancien sénateur. «Je pense que je vais revenir dans la région dans un avenir très proche afin de poursuivre cette mission», a ajouté l'artisan des accords de paix de 1998 en Irlande du Nord, qui doit rencontrer aujourd'hui en Cisjordanie Mahmoud Abbas.

Le mouvement pacifiste israélien La Paix maintenant a publié un rapport faisant état d'une accélération de la colonisation l'an dernier avec plus de 1250 nouvelles «structures» en Cisjordanie, soit une hausse de 57 % par rapport à 2007.

À voir en vidéo