Catalogne: faux pas militaire

Madrid — L'état-major de l'armée espagnole a demandé au ministre de la Défense José Bono de mettre fin immédiatement aux fonctions du général José Mena Aguado qui avait proféré une menace d'intervention militaire au sujet du futur statut de la Catalogne, ont annoncé des sources proches du ministère de la Défense.

Legénéral Mena a averti hier que l'armée serait en droit d'intervenir si le futur statut de la Catalogne outrepassait «les limites» de la Constitution. «Si ces limites devaient être outrepassées, ce qui heureusement paraît actuellement impensable, l'article VIII de la Constitution serait applicable», a affirmé le général de corps d'armée José Mena Aguado, cité par les médias espagnols. Cet article stipule que «les forces armées [...] ont pour mission de garantir la souveraineté et l'indépendance de l'Espagne, de défendre son intégrité et l'ordre constitutionnel».

Ces commentaires, très inhabituels de la part d'un militaire depuis la chute du franquisme en 1975, ont été aussitôt dénoncés comme «inadmissibles» par plusieurs partis nationalistes. Le gouvernement socialiste n'a pas immédiatement réagi en ce jour férié en Espagne.

Un projet d'élargissement du statut de la Catalogne, qui prévoit de faire de cette région prospère une «nation» dotée de fortes prérogatives financières, fiscales et judiciaires, suscite de vives polémiques en Espagne, où l'opposition de droite l'accuse d'ouvrir la voie à une «balkanisation» du pays. Les partis nationalistes catalans ERC et Ciu ont qualifié d'«inadmissibles» les propos du général Mena.