En bref - Chirac et la peine capitale

Paris — Jacques Chirac a annoncé hier sa décision d'engager une révision de la Constitution afin d'y inscrire l'abolition de la peine de mort, établie par la loi du 9 octobre 1981.

Le Conseil constitutionnel a estimé le 13 octobre que la ratification du IIe protocole facultatif du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, visant à abolir la peine de mort, nécessitait une révision de la Constitution. «J'ai décidé d'engager ce processus», a déclaré Jacques Chirac lors de ses voeux au Conseil constitutionnel. «Une telle révision, en inscrivant solennellement dans notre Constitution que la peine de mort est abolie en toutes circonstances, consacrera l'engagement de la France. Elle témoignera avec force de notre attachement aux valeurs de la dignité humaine», a déclaré le chef d'État.