Mort de Jean Charles de Menezes - Scotland Yard est sur la sellette

Londres — Scotland Yard est sur la sellette après de nouvelles révélations suggérant qu'une série d'erreurs seraient à l'origine de la mort de Jean Charles de Menezes, un Brésilien abattu dans le métro par la police après les attentats du 21 juillet à Londres.

Des témoignages et des photographies rendus publics mardi soir par la chaîne de télévision ITV sont venus contredire la version officielle selon laquelle le jeune homme avait reçu des sommations et avait refusé d'obéir aux instructions de la police.

Selon les documents d'ITV, obtenus auprès de la commission chargée de l'enquête, le jeune électricien de 27 ans n'a pas eu de comportement suspect. Les images montrent Jean Charles de Menezes vêtu d'un léger blouson en jean, entrant calmement dans la station de métro et prenant le temps de ramasser un journal gratuit avant de monter sans se presser dans la rame du métro.

Ces révélations portent un sérieux coup à la stratégie du «tirer pour tuer» adoptée par Scotland Yard au lendemain des attentats vis-à-vis des kamikazes potentiels. Une tactique jusque-là âprement défendue par les autorités britanniques.

Jean Charles de Menezes avait été abattu de huit balles, dont sept dans la tête, par un policier qui surveillait son immeuble dans le cadre de l'enquête sur les attentats du 21 juillet et l'avait suivi jusque dans la station de métro.

«La seule façon de réagir [face à des terroristes kamikazes], c'est de tirer dans la tête», avait déclaré le patron de Scotland Yard, Ian Blair, au lendemain de cette tragédie qui a eu un immense retentissement au Brésil et suscité une vive émotion en Grande-Bretagne.

Les informations rapportées après la mort du jeune homme faisaient état d'une course-poursuite dans la station de Stockwell (sud de Londres) et d'un comportement suspect de la victime: vêtu, selon des témoins, d'un blouson très large, l'homme aurait sauté l'une des barrières de la station et couru pour entrer dans le métro.

En réalité, selon ITV, l'opération avait été mal conduite depuis le début. Au moment où le jeune homme sortait de son appartement, l'officier en charge de la surveillance était absent. «J'étais en train de me soulager», a-t-il déclaré.

En outre, le jeune Brésilien aurait été maîtrisé par un policier dans la voiture du métro avant d'être abattu par un autre, d'après ITV.

Pour les avocats de la famille de la victime, ces révélations montrent que l'ensemble des informations diffusées dans un premier temps par la police étaient fausses.