Une voiture heurte les grilles de Downing Street, à Londres

Des policiers s’affairent près de la voiture ayant heurté les grilles de Downing Street. Ces grilles, qui ferment l’accès à la célèbre rue, ont été installées en 1989 pour des raisons de sécurité.
Justin Tallis Agence France-Presse Des policiers s’affairent près de la voiture ayant heurté les grilles de Downing Street. Ces grilles, qui ferment l’accès à la célèbre rue, ont été installées en 1989 pour des raisons de sécurité.

Un homme a été arrêté jeudi à Londres après que sa voiture a percuté les lourdes grilles de Downing Street, qui ferment la rue où se trouvent la résidence du premier ministre et ses bureaux, mais la police ne mentionne aucun blessé.

Un important dispositif de sécurité a été mis en place après l’incident, avant que la circulation ne soit rétablie en fin d’après-midi.

« À environ 16 h 20 (11 h 20 au Québec), une voiture a percuté les grilles de Downing Street sur Whitehall », l’avenue sur laquelle donne Downing Street. « Des policiers armés ont arrêté un homme sur place, soupçonné de dommages criminels et de conduite dangereuse », a indiqué la police dans un communiqué.

« Aucun blessé n’a été signalé. Les investigations sont en cours pour déterminer ce qui s’est passé », a ajouté la police londonienne.

Le premier ministre Rishi Sunak se trouvait à Downing Street, selon la BBC. Il en est parti après l’incident.

Les images de la BBC montrent une voiture de couleur claire, circulant à faible vitesse et traversant Whitehall. Elle monte ensuite sur le trottoir et s’arrête après avoir heurté doucement les hautes grilles noires.

Ces dernières ne semblent pas endommagées par le choc.

 

« J’ai entendu un bang et j’ai regardé et vu beaucoup de policiers avec des tasers crier sur un homme », a raconté Simon Parry, témoin de la scène, cité par l’agence PA.

Le conducteur « n’avait pas l’air bouleversé. Il avait l’air d’avoir eu comme un épisode […]. Il ne conduisait pas vite et on ne dirait pas qu’il a voulu enfoncer les grilles », a estimé auprès de l’AFP un autre passant Dean Parker, 36 ans.

Pas terroriste

 

Downing Street est située dans le quartier des ministères à Londres et à quelques encablures du Parlement. La sécurité est toujours très présente, avec des barrières le long du trottoir aux abords de la rue.

Une grande partie de Whitehall a été fermée à la circulation et au public, avant de reprendre vers 17 h 45 (12 h 45 au Québec), à ce moment de la journée où de nombreux fonctionnaires quittent leurs bureaux dans ce quartier également touristique.

L’incident « n’est pas traité actuellement comme ayant un lien avec le terrorisme », a précisé la police en fin d’après-midi dans un nouveau communiqué, ajoutant qu’un « cordon [de sécurité] léger restait en place à l’extérieur de Downing Street ».

Les grilles qui ferment l’accès à la célèbre rue ont été installées en 1989 pour des raisons de sécurité. Auparavant, le public pouvait s’approcher à pied de la célèbre porte noire marquant l’entrée de la résidence officielle du premier ministre et devant laquelle nombre d’entre eux se sont exprimés.

En 1991, durant la période de violences secouant l’Irlande du Nord, le groupe paramilitaire Armée républicaine irlandaise (IRA) avait lancé trois obus de mortier contre la résidence du premier ministre de l’époque John Major.

Les grilles, gardées par des agents armés, sont la première ligne de sécurité pour protéger Downing Street. Les voitures officielles entrant dans la rue sont contrôlées avec soin avant que des poteaux amovibles ne s’abaissent pour les laisser rentrer.

À voir en vidéo