Poutine juge «inévitable» de bombarder l’infrastructure ukrainienne

Une famille s’est réfugiée dans un sous-sol afin de se mettre à l’abri des bombes vendredi à Bakhmut, dans la région de Donetsk.
Photo: Anatolii Stepanov Agence France-presse Une famille s’est réfugiée dans un sous-sol afin de se mettre à l’abri des bombes vendredi à Bakhmut, dans la région de Donetsk.

« Nécessaire et inévitable » : c’est ainsi que Vladimir Poutine a justifié vendredi les bombardements qui ont ravagé, juste à l’arrivée de l’hiver, l’infrastructure énergétique ukrainienne, laissant des millions de civils dans le noir et le froid.

Lors de leur première conversation téléphonique depuis la mi-septembre et malgré une série de revers militaires cinglants, le président russe a signifié rester droit dans ses bottes au chancelier allemand Olaf Scholz.

 

« Il a été souligné que les forces armées russes ont longtemps évité les frappes de missiles de haute précision sur certaines cibles en Ukraine, mais de telles mesures sont devenues nécessaires et inévitables face aux attaques provocatrices de Kiev », a indiqué le Kremlin dans un communiqué, résumant les propos de Vladimir Poutine.

Selon le président russe, Kiev est responsable des explosions qui ont détruit en partie le pont de Crimée et d’autres installations russes, et donc Moscou est dans son droit en bombardant les infrastructures énergétiques de l’Ukraine, quitte à laisser dans le froid et le noir la population civile.

Inspiration, lumière et amour

 

La dernière vague de frappes de missiles et de drones russe date du 23 novembre. Elle a plongé des millions d’Ukrainiens dans le noir et les a privés d’eau courante, parfois pendant plusieurs jours.

Dans un bilan dressé jeudi, une semaine après les attaques, l’opérateur privé ukrainien DTEK avait estimé que la Russie avait « détruit 40 % du système énergétique ukrainien ».

La majorité des foyers ukrainiens n’ont que quelques heures d’électricité par jour.

À Kiev, la population essaye néanmoins de vivre avec un soupçon de normalité, comme lors de ce concert de musique classique où 600 bougies LED artificielles illuminent la scène.

 

« Nous avons pensé que c’était une bonne idée d’économiser de l’énergie », explique à l’AFP Irina Mikolaenko, une organisatrice du concert.

« Nous voulons apporter de l’inspiration, de la lumière et de l’amour aux personnes qui se trouvent dans une situation […] difficile et dire aux gens que nous ne sommes pas vaincus » ajoute-t-elle.

Les responsables ukrainiens ont dit lundi s’attendre à une nouvelle vague de bombardements russes prochainement.

Sur le fond, MM. Scholz et Poutine n’ont donc pu que constater leur désaccord.

Lors de l’entretien téléphonique d’une heure entre les deux dirigeants, M. Scholz « a insisté auprès du président russe pour qu’une solution diplomatique soit trouvée le plus rapidement possible, ce qui implique le retrait des troupes russes », a indiqué la chancellerie allemande.

Selon le communiqué du Kremlin, Vladimir Poutine a, à l’inverse, pointé la position « destructrice » de l’Occident dont le soutien politique, financier et militaire occidental incite selon lui Kiev à rejeter « l’idée de toute négociation ».

Vladimir Poutine a appelé M. Scholz « à revoir son approche ».

Plafond pétrolier ?

Un peu plus tôt, le Kremlin avait déjà balayé les conditions évoquées la veille par le président américain Joe Biden qui s’était dit « prêt » à discuter si le président russe cherchait « un moyen de mettre fin à la guerre » et retirait ses troupes.

Le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov a souligné que la Russie rejetait « bien évidemment » cette idée. « L’opération militaire continue », a-t-il insisté.

Le président russe a décrété l’annexion fin septembre de quatre régions d’Ukraine, bien qu’il ne les contrôle pas, en plus de la Crimée annexée en 2014.

Kiev rejette de son côté toute négociation avec Poutine, sans respect de son intégrité territoriale, Crimée comprise.

 

Militairement, l’armée russe a essuyé plusieurs défaites, ayant été obligée de se retirer du nord du pays en avril, puis d’une partie du nord-est en septembre et enfin d’une partie du sud en novembre.

Depuis octobre, les forces russes ont donc pris pour tactique de bombarder les installations fournissant électricité et chaleur au pays, alors même que l’hiver est en train de s’installer en Ukraine.

Pour accroître la pression sur la Russie, cible déjà d’une multitude de sanctions, les Occidentaux essayent de s’entendre sur un mécanisme de plafonnement des prix du pétrole russe.

Il s’agit pour les Américains comme les Européens d’essayer de priver Moscou de la manne qui lui sert à financer son offensive militaire.

Un accord a été quasiment ficelé jeudi soir par les ambassadeurs des pays de l’UE à Bruxelles, mais il attend encore feu vert de la Pologne qui juge l’instrument trop limité.

Si les sanctions adoptées depuis février ont largement isolé la Russie, son économie a jusqu’ici convenablement résisté, largement grâce aux revenus des hydrocarbures.

À voir en vidéo