Sous le feu des critiques Liz Truss lutte pour sa survie à Downing Street

Dans la tempête depuis plusieurs semaines, Liz Truss a de nouveau justifié dimanche sa politique et ses revirements des derniers jours qui ont largement entamé la confiance des électeurs et de son parti.
Daniel Leal Agence France-Presse Dans la tempête depuis plusieurs semaines, Liz Truss a de nouveau justifié dimanche sa politique et ses revirements des derniers jours qui ont largement entamé la confiance des électeurs et de son parti.

Les attaques et critiques s’intensifient dans le camp conservateur contre la première ministre britannique Liz Truss, qui tentait encore dimanche de défendre son nouveau cap économique pour sauver sa tête à Downing Street.

Dans la tempête depuis plusieurs semaines, Mme Truss a de nouveau justifié dimanche sa politique et ses revirements des derniers jours qui ont largement entamé la confiance des électeurs et de son parti.

« J’ai écouté, j’ai compris », écrit la dirigeante conservatrice dans une tribune publiée dans le quotidien populaire The Sun.

« Nous ne pouvons nous engager sur le chemin d’une économie en forte croissance et avec peu d’impôts sans maintenir la confiance des marchés dans notre engagement d’une monnaie saine », ajoute-t-elle, reconnaissant l’échec de son mini-budget annoncé le 23 septembre.

Prévoyant des dépenses et des baisses d’impôts massives financées par la dette, il avait fait trembler les marchés, faisant chuter la livre et bondir les taux d’intérêt.

La première ministre a tenu dimanche dans sa résidence de campagne une réunion de crise avec son nouveau ministre des Finances, Jeremy Hunt, nommé vendredi après le limogeage de Kwasi Kwarteng, pour préparer un nouveau plan budgétaire.

 

Proche de Rishi Sunak, l’ex-ministre des Finances de Boris Johnson et adversaire de Liz Truss ces derniers mois dans la campagne pour Downing Street, Hunt a défendu sur la BBC la nouvelle direction prise par le gouvernement.

Il a réaffirmé qu’il devrait prendre des mesures « difficiles », avec des hausses d’impôts et des baisses de dépenses dans tous les ministères.

Menace de grèves concertées

 

Une perspective qui a poussé divers syndicats à menacer dimanche de lancer des grèves concertées dans tout le pays, au moment où le gouvernement veut limiter le droit de grève face à la recrudescence des mouvements sociaux.

Le nouveau plan budgétaire que Jeremy Hunt doit présenter le 31 octobre s’annonce comme un changement de cap total par rapport à la politique initialement portée par Liz Truss.

Selon une source de son entourage citée par le Sunday Telegraph, le nouveau ministre des Finances se voit désormais comme le Mario Draghi britannique, allusion au chef du gouvernement sortant italien appelé à la rescousse début 2021 pour gérer son pays en pleine pandémie.

Le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, s’est félicité samedi de la « convergence de vues immédiate et claire » entre la banque centrale et le nouveau chancelier. Un satisfecit qui confirme l’ascendant que semble prendre Jeremy Hunt sur une Liz Truss fragilisée après seulement 40 jours au pouvoir.

« Terminé »

« Hunt prend le contrôle pendant que les comploteurs encerclent une première ministre affaiblie », titrait d’ailleurs The Times dimanche, rappelant que les conservateurs cherchent toujours un moyen de l’évincer du pouvoir.

La confiance « ne sera pas restaurée tant qu’elle reste » à son poste, assène le quotidien, qui prend fait et cause pour Rishi Sunak.

Ce dernier agirait en coulisses auprès des parlementaires conservateurs pour prendre la barre, selon la presse, qui cite aussi le ministre de la Défense Ben Wallace comme potentiel recours.

 

« Je pense que le jeu est terminé, et qu’il faut maintenant s’interroger sur la manière de gérer sa succession », a jugé l’expérimenté parlementaire conservateur Crispin Blunt sur Channel 4.

Alicia Kearns, nouvelle présidente du très influent comité pour les Affaires étrangères à la Chambre des communes, a, elle, estimé que la question du maintien ou non de Truss à Downing Street était « très difficile ».

« Nous étions mis en cause sur notre crédibilité morale [sous Johnson]. Et maintenant on s’interroge sur notre crédibilité budgétaire », a-t-elle regretté sur Times radio.

Les sondages s’en ressentent, avec une avance considérable désormais donnée à l’opposition travailliste, à deux ans des prochaines élections générales.

« La première ministre est au pouvoir », a assuré Jeremy Hunt, dans une tentative pour défendre Mme Truss. « Elle a changé la manière dont nous allons [atteindre nos objectifs], mais elle n’a pas changé la direction, qui est de faire croître le pays », a-t-il insisté.

La semaine qui vient sera cruciale pour Liz Truss, avec dès lundi la réaction des marchés aux derniers développements politiques du week-end.

À voir en vidéo