Berlin mène une «guerre hybride» contre Moscou, accuse l’ex-président russe Medvedev

L’ex-président russe Dmitri Medvedev a justifié l’arrêt des livraisons de gaz à Berlin par son comportement «inamical» en plein conflit en Ukraine.
Yulia Zyryanova Sputnik via Agence France-Presse L’ex-président russe Dmitri Medvedev a justifié l’arrêt des livraisons de gaz à Berlin par son comportement «inamical» en plein conflit en Ukraine.

L’ex-président russe Dmitri Medvedev a accusé dimanche l’Allemagne de mener une « guerre hybride » contre la Russie, justifiant l’arrêt des livraisons de gaz à Berlin par son comportement « inamical » en plein conflit en Ukraine.

Ces déclarations interviennent alors que les relations entre l’Allemagne et la Russie, déjà plombées par le conflit en Ukraine, se sont encore tendues après la suspension par Moscou des livraisons à Berlin par le gazoduc Nord Stream.

« Le chancelier allemand Olaf Scholz dit que “la Russie n’est plus un fournisseur d’énergie fiable”. Premièrement, l’Allemagne est un pays inamical, deuxièmement elle a imposé des sanctions contre toute l’économie russe […] et elle livre des armes létales à l’Ukraine », a déclaré M. Medvedev dans un message publié sur Telegram.

« Autrement dit, elle a déclaré une guerre hybride contre la Russie. L’Allemagne se comporte comme un ENNEMI de la RUSSIE », a-t-il ajouté. « Et cet oncle [M. Scholz] est surpris que les Allemands rencontrent de petits soucis avec le gaz », a-t-il fait mine de s’étonner.

Vendredi, le géant gazier russe Gazprom a annoncé la suspension totale des livraisons via le gazoduc Nord Stream, officiellement après avoir détecté une fuite d’huile sur une turbine.

Les Européens, qui soutiennent l’Ukraine face à l’offensive russe, estiment que Moscou se sert de ce prétexte pour les soumettre à un chantage énergétique alors que l’hiver approche et que plusieurs pays craignent des pénuries.

Même si elle est fortement dépendante des hydrocarbures russes, l’Allemagne « pourra faire face à cet hiver », a assuré dimanche M. Scholz, estimant que la Russie n’était plus un « fournisseur d’énergie fiable ».

Les autorités russes accusent les dirigeants européens d’être responsables des difficultés de livraison du gaz, affirmant que les sanctions prises contre Moscou pour le punir de son offensive contre l’Ukraine avaient privé le gazoduc Nord Stream d’équipements assurant son bon fonctionnement.

Les dirigeants européens ont une gestion « absurde » de la crise du gaz, a estimé dimanche le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov. « Ces politiciens font mourir leurs citoyens d’accidents vasculaires cérébraux lorsqu’ils voient leurs factures d’électricité » qui explosent, a-t-il raillé.

À voir en vidéo