La Pologne achève la construction d’un mur d’acier à la frontière avec la Biélorussie

«La barrière que nous avons construite nous sépare de la sombre dictature du [dirigeant biélorusse Alexandre] Loukachenko», s’est félicité le ministre polonais de l’Intérieur, Mariusz Kaminski.
Photo: Michal Dyjuk Associated Press «La barrière que nous avons construite nous sépare de la sombre dictature du [dirigeant biélorusse Alexandre] Loukachenko», s’est félicité le ministre polonais de l’Intérieur, Mariusz Kaminski.

La Pologne a annoncé jeudi avoir achevé la construction d’un mur d’acier le long de sa frontière avec la Biélorussie, destiné à dissuader les migrants de la franchir, reprochant à Minsk d’autoriser leur afflux pour « déstabiliser » la région.

Depuis l’été dernier, des milliers de migrants et de réfugiés, principalement originaires du Moyen-Orient, ont traversé ou tenté de traverser cette frontière.

L’Occident a accusé le régime biélorusse d’orchestrer cet afflux avec son allié russe, dans le cadre d’une attaque « hybride », ce que Minsk dément.

En réponse, la Pologne a mis en place le long de cette frontière une zone interdite d’accès aux non-résidents, y compris les travailleurs humanitaires et les médias.

Elle y a dépêché des milliers de soldats et de policiers, lancé la construction de la barrière et approuvé une loi autorisant les refoulements des migrants vers la Biélorussie, une pratique condamnée par des organisations et justice internationales.

 

« La barrière que nous avons construite nous sépare de la sombre dictature du [dirigeant biélorusse Alexandre] Loukachenko », s’est félicité devant la presse le ministre polonais de l’Intérieur, Mariusz Kaminski.

La Biélorussie « partage la responsabilité de l’agression de la Russie contre l’Ukraine », a-t-il insisté, s’exprimant devant la barrière, dans la ville frontalière de Kuznica.

La barrière, haute de 5,5 mètres, s’étend sur plus de 186 kilomètres, et son coût est estimé à 350 millions d’euros.

Au moins une douzaine de personnes sont mortes à la frontière polono-biélorusse où, pendant l’hiver, les migrants et les réfugiés, dont beaucoup fuyaient la guerre et la pauvreté au Moyen-Orient, ont dû affronter des conditions exténuantes et glaciales.

Jeudi, la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) a condamné la Pologne dans deux affaires distinctes de refoulement de demandeurs d’asile tchétchènes à la frontière avec la Biélorussie.

La Cour a notamment donné raison à une famille de sept Russes originaires de Tchétchénie, dont quatre enfants mineurs, qui s’étaient présentés 16 fois à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne.

Les gardes-frontières polonais leur ont refusé les demandes d’asile et les ont refoulés vers la Biélorussie « avec un risque de renvoi et de mauvais traitement en Tchétchénie », écrit la CEDH.

Les requérants avaient mis en avant le caractère « dégradant » du traitement infligé par les autorités polonaises et rappelé l’interdiction des expulsions collectives d’étrangers, inscrite dans la Convention européenne des droits de l’Homme.

Depuis l’invasion russe en Ukraine, la Pologne a en revanche ouvert ses frontières aux réfugiés ukrainiens.

À voir en vidéo