Le gouvernement écossais vise un référendum sur l’indépendance en 2023

«Je peux annoncer que le gouvernement écossais propose que le référendum sur l’indépendance se tienne le 19 octobre 2023», a déclaré la première ministre Nicola Sturgeon au parlement écossais.
Andy Buchanan Agence France-Presse «Je peux annoncer que le gouvernement écossais propose que le référendum sur l’indépendance se tienne le 19 octobre 2023», a déclaré la première ministre Nicola Sturgeon au parlement écossais.

Peu importe le refus de Londres et l’échec d’une précédente consultation : la première ministre écossaise a réaffirmé mardi sa détermination à organiser un nouveau référendum sur l’indépendance de la nation britannique, à l’automne 2023.

« Je peux annoncer que le gouvernement écossais propose que le référendum sur l’indépendance se tienne le 19 octobre 2023 », a déclaré la première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, au Parlement local.

Pour organiser ce référendum, Mme Sturgeon, cheffe du parti indépendantiste SNP, doit obtenir l’accord du gouvernement britannique, qui s’y oppose fermement.

Les Écossais ont déjà été consultés sur le sujet en 2014 et ils avaient voté à 55 % pour rester au sein du Royaume-Uni. S’appuyant sur ce vote, le premier ministre britannique, Boris Johnson, soutient qu’un tel référendum ne peut se produire « qu’une fois par génération ».

Le SNP estime cependant que le Brexit a changé la donne, les Écossais s’y étant opposés à 62 %. L’objectif du parti indépendantiste est que l’Écosse rejoigne l’Union européenne en tant qu’État indépendant.

Nicola Sturgeon s’est dite prête à négocier avec le premier ministre britannique, mais a averti qu’elle ne permettrait pas que « la démocratie écossaise soit prisonnière de Boris Johnson ».

S’attendant à un bras de fer judiciaire, elle a pris les devants et annoncé que la Cour suprême avait été sollicitée pour déterminer si le Parlement écossais avait le pouvoir de légiférer pour organiser ce référendum sans l’accord du gouvernement britannique.

Avis de la Cour suprême

 

Si la Cour, qui a confirmé qu’elle étudierait « le moment venu » l’affaire, tranche en sa faveur, la cheffe des indépendantistes aura réussi son pari.

En cas de défaite devant la justice, Nicola Sturgeon a prévenu qu’elle utiliserait les prochaines élections législatives, prévues en 2024, comme un « référendum de facto ». Son parti ne ferait alors campagne que sur une unique question : « L’Écosse doit-elle devenir un pays indépendant ? »

Selon Jonathan Sumption, ancien juge de la Cour suprême, Mme Sturgeon se lance dans « une voie très difficile ». La dévolution des pouvoirs au Royaume-Uni donne à Londres un pouvoir de veto clair sur tout nouveau vote, a-t-il affirmé sur la BBC.

Si les sondages montrent que l’opinion écossaise reste divisée sur la question de l’indépendance, la populaire cheffe des indépendantistes s’appuie sur son quatrième mandat — obtenu l’an dernier — pour justifier sa démarche, comme elle l’a expliqué dans une lettre adressée à Boris Johnson.

« Vous et moi ne serons jamais d’accord sur les avantages de l’indépendance pour l’Écosse. Mais je m’attendrais à ce qu’un démocrate trouve inacceptable que le peuple d’Écosse soit empêché de faire ce choix étant donné la claire majorité pour un référendum au Parlement écossais », lui a-t-elle écrit.

Réagissant à son projet alors qu’il était en route pour le sommet de l’OTAN à Madrid, Boris Johnson a promis de l’étudier « très attentivement » et d’y répondre « de manière appropriée ». Il a toutefois jugé que « la priorité de ce pays devrait être de construire une économie plus forte » après la pandémie.

Le chef des conservateurs écossais, Douglas Ross, a dénoncé l’« obsession égoïste » de Nicola Sturgeon pour un référendum « clivant », estimant que les Écossais se souciaient davantage de la crise du coût de la vie ou des délais d’attente pour se faire soigner.

Visite de la reine

 

Le discours déterminé de Nicola Sturgeon coïncide avec la présence en Écosse cette semaine de la reine Élisabeth II.

La souveraine de 96 ans participe depuis lundi à une semaine d’événements royaux en Écosse, aux côtés de membres de sa famille.

La reine, qui éprouve depuis des mois des problèmes pour se déplacer, est apparue souriante mardi, observant un défilé militaire dans les jardins du palais d’Holyroodhouse, à Édimbourg.

Même si, en tant que monarque, Élisabeth II se doit d’observer une stricte neutralité politique, The Telegraph a estimé que sa visite inopinée en Écosse « avait un impact politique comme toujours poli ».

« Sans même parler — et presque sans bouger en public —, elle s’est lancée dans le genre de démonstration de diplomatie douce qu’elle a passé 70 ans à perfectionner », a écrit le journal conservateur.

À voir en vidéo